Tarifs et évaluations par Paul Krugman traduction française par Nathalie Lacladère

écrit le 6 février 2015 par Paul Krugman,

traduction française par Nathalie Lacladère

Krugman_New-articleInline-v2

La grande histoire dans les marchés obligataires de ces jours est l’émergence de taux d’intérêt négatifs pour un certain nombre de souverains, ce qui est assez étonnant. Mais  il existe une autre histoire qui ne doit pas être négligée : les coûts d’emprunt pour les débiteurs prétendument risqués ne sont pas cités, ils ont fait plonger la Grèce en dessous de ceux des emprunteurs supposés sûrs.

Voici la vue ce matin :

020615krugman1-blog480

Il existe un mythe persistant à l’effet que les faibles coûts d’emprunt sont une récompense pour l’austérité ; vous l’entendez constamment de l’actuel gouvernement du Royaume-Uni.

Mais l’Espagne, avec sa notation BBB, a maintenant un taux à 10 ans inférieur à celui du Royaume-Uni, avec sa note AAA. Même l’Italie, avec son BBB, est maintenant sur un pied d’égalité avec la Grande-Bretagne.

Oh, et est-ce incroyable de voir comment les gens continuent à parler d’une crise de la dette française avec un taux à 10 ans de 0,58%, est-ce vrai, 0,58% ?

Paul Krugman, traduction française Nathalie Lacladère.

source:http://krugman.blogs.nytimes.com/2015/02/06/rates-and-ratings/

E.C.B. Leaves Interest Rates Unchanged, Despite Geopolitical Risks, by The New York Times

Aujourd’hui avait lieu la réunion de la BCE sur la politique monétaire, je vous propose donc un article sur ce sujet du New York Times. Bonne lecture

by Jack Ewing, Aug 7,2014

FRANKFURT — The president of the European Central Bank said Thursday that the Ukraine crisis posed a risk to the eurozone economy, but that the impact was not yet severe enough to warrant a shift in monetary policy.“If geopolitical risks materialize, it’s quite clear that the next two quarters will show lower growth,” Mario Draghi, the E.C.B. president, said at a news conference on Thursday. Given the anemic growth in the eurozone, and the prospect that other countries could slip back into recession, as Italy has just done, the E.C.B. might eventually need to take further action. But the E.C.B. left interest rates unchanged on Thursday as it waited to gauge the effects of earlier measures to stimulate the economy and get a clearer picture of the impact of deteriorating relations with Russia — including an embargo against agricultural imports that Moscow announced on Thursday.“It’s difficult now to define what are the options in the future especially if the conflict escalates,” Mr. Draghi said. But he said the central bank was ready to take further action if necessary, including quantitative easing — the same kind of big purchases of financial assets that the Federal Reserve used to stimulate the United States economy. The central bank left its benchmark interest rate at 0.15 percent, the record low level it was cut to in June as part of a series of measures intended to encourage bank lending and push the worrisomely low inflation rate closer to the central bank’s target of about 2 percent. It would have been a surprise if the central bank had taken further action before giving the measures a chance to gain traction. Mr. Draghi said that the steps taken in June had already contributed to a decline in market interest rates, and that he was optimistic that commercial banks would take advantage of cheap loans the central bank would begin offering in September. The so-called targeted lending program is intended to funnel credit to countries like Italy, where many small businesses have been unable to hire or invest because they cannot get loans. Mr. Draghi quoted estimates that banks would draw at least 450 billion euros and perhaps as much as 850 billion euros, or $1.14 trillion, under the program, which obligates lenders to pass the money on to businesses and individuals in the form of credit. “We do expect a sizable pickup,” he said. But the conflict in the Ukraine, the still unknowable impact of the agricultural trade sanctions that Russia announced Thursday, and the severe tensions across the Middle East add to the worries of the eurozone, which is still far from reaching levels of employment and economic output that the region had achieved before the financial crisis began in 2008. Inflation in the eurozone in July was 0.4 percent, according to an official estimate, far below the level of about 2 percent that the central bank considers healthy for the economy. Some economists warn that the eurozone could be drawn into a destructive downward price spiral known as deflation that would destroy jobs and incomes. “Mario Draghi remained undisturbed” by growing risks to growth, Peter Vanden Houte, an analyst at ING Bank, said in a note to clients. “Having already decided upon a comprehensive set of measures in June to ward off deflationary pressures, the E.C.B.’s aim was to sit back and wait.” Recent data has dented optimism about eurozone growth. German industrial production rose 0.3 percent in June compared with May, according to data released on Thursday, far below expectations. Many economists now expect data due next week to show that the German economy, the largest in the eurozone, shrank in the second quarter after growing for a year. On Wednesday, Italy reported that its gross domestic product unexpectedly shrank 0.2 percent in the second quarter, dragging the economy back into recession. Some analysts saw the decline in output as an early sign that an escalating sanctions war with Russia could be hurting eurozone growth, but Mr. Draghi suggested Thursday that it was more a result of Italy’s failure to remove impediments to entrepreneurship, investment and hiring. “There are stories of investors that would like to build plants and equipment and create jobs but it takes months for them to get authorization to do so,” he said. “That has nothing to do with monetary policy. It’s mostly the lack of structural reforms.” The countries that are growing are the ones that had introduced overhauls like lowering taxes and making labor markets more competitive, Mr. Draghi said. He did not name any, but eurozone countries that have taken those steps toward growth include Spain, Portugal and Germany. Mr. Draghi said that trade and financial links with Russia were modest, but acknowledged that the impact of tensions could be greater than expected, especially if they led to an increase in energy prices. “If one looks at the figures for trade and financial flows, they would by and large reveal a picture of very limited interconnections,” Mr. Draghi said. “However it’s very hard to assess what the actual impact is going to be once sanctions on one side and counter-side sanctions on the other side are undertaken,” Mr. Draghi said. In addition, Mr. Draghi said that subsidiaries of Russian banks in the eurozone would have to provide assurances that money they borrowed from the E.C.B. would not be used to evade sanctions that had been imposed by the European Union and the United States.“Banks will have to explain why they need the money, and the national central bank inspectors and supervisors will assess their statements,” he said.The Bank of England also decided on Thursday to keep its benchmark interest rate at a low 0.5 percent, where it has been since 2009. However, Britain’s robust economic growth has raised speculation that policy makers will have to raise interest rates sooner than expected, perhaps this year.Britain’s central bank also left unchanged its stimulus program of holding 375 billion pounds, or about $632 billion, in government bonds that it has bought over the past five years. Britain and the United States are moving gradually toward raising interest rates to prevent inflation, while the E.C.B. is more focused on the risks from very low inflation.Mr. Draghi noted that the eurozone monetary policy had decoupled from the United States. But if anything, he sounded pleased that the divergence had reduced the value of the euro against the dollar. A lower exchange rate helps exporters by making their products cheaper in foreign markets.The E.C.B. news conference came only days after the failure of Banco Espírito Santo in Portugal and the announcement Sunday and early Monday of a rescue plan by the Bank of Portugal, the Portuguese central bank, and the European Commission. Mr. Draghi praised what he said was “swift and effective” action by the government authorities, which prevented turmoil on financial markets.The European Central Bank is in the midst of a comprehensive review of the health of eurozone banks, with the results due in late October. Mr. Draghi suggested that Banco Espírito Santo was an example of how the increased scrutiny was forcing banks to come clean about their problems.The review has already prompted “dramatic changes in the corporate structure of banks,” Mr. Draghi said.“We have seen banks raising significant amounts of capital,” he said. “That is a very important element that should not be underestimated because it’s so crucial to repairing the bank lending channel in the euro area.”

Saint Thomas d’Aquin, extrait-La question du prêt à intérêt

Saint Thomas d’Aquin rédige à la demande du pape une Somme théologique mais elle est condamnée initialement par l’évêque Tempier, cette œuvre finit par s’imposer.

Recevoir un intérêt pour de l’argent prêté est de soi injuste car c’est faire payer ce qui n’existe pas ; ce qui constitue évidemment une inégalité contraire à la justice.

Pour s’en convaincre, il faut se rappeler que l’usage de certains objets se confond avec leur consommation ; ainsi nous consommons le vin pour notre boisson et le blé pour notre nourriture. Dans les échanges de cette nature on ne devra donc pas compter l’usage de l’objet à part de sa réalité même ; mais du fait même que l’on en concède l’usage à autrui, on lui concède l’objet. Voilà pourquoi, pour les objets de ce genre, le prêt transfère la propriété. Si donc quelqu’un voulait vendre d’une part du vin, et d’autre part son usage, il vendrait deux fois la même chose, ou même vendrait ce qui n’existe pas. Il commettrait donc évidemment une injustice. Pour la même raison, l’on pêcherait ce qui n’existe pas. Il commettrait donc évidemment une injustice. Pour la même raison, l’on pêcherait contre la justice si, prêtant du vin ou du blé, on exigeait deux compensations, l’une à titre de restitution équivalente à la chose elle-même, l’autre pour prix de son usage (usus) ; d’où le nom d’usure(usura).En revanche, il est des objets dont l’usage ne se confond pas avec leur consommation. Ainsi l’usure d’une maison consiste à l’habiter, non à la détruire ; on pourra donc faire une cession distincte de l’usage et de la propriété ; vendre une maison, par exemple, dont on se réserve la jouissance pour une certaine période ; ou au contraire céder l’usage de cette maison, mais en garder la nue-propriété. Voilà pourquoi on a le droit de faire payer l’usufruit d’une maison et de redemander ensuite la maison prêtée, comme cela se pratique dans les baux et les locations d’immeubles. Les lois humaines laissent certains péchés impunis à cause de l’imperfection des hommes ; car elles priveraient la société de nombreux avantages, si elles réprimaient rigoureusement tous les pêchés en y appliquant des peines. C’est pourquoi la loi humaine tolère le prêt à intérêt, non qu’elle l’estime conforme à la justice, mais pour ne pas nuire au plus grand nombre.

Saint Thomas d’aquin, Somme théologique, tome III, p491-492

Extrait- Considérations sur les conséquences de la baisse de l’intérêt et la hausse de la valeur de la monnaie, par John Locke

John Locke, Extrait-Considération sur les conséquences de la baisse de l’intérêt et la hausse de la valeur de la monnaie(1691).

Il meurt et son fils lui succède : jeune gentilhomme élégant, qui ne peut dîner sans champagne et sans bourgogne, ni dormir autrement que dans un lit damassé ; dont l’épouse doit porter une longue traîne de brocart et les enfants être toujours vêtus d’habits de la dernière coupe et de la dernière étoffe françaises. Devenu propriétaire, il entretient une maison très affairée : les marchés sont fréquentés chaque semaine, et les marchandises de sa ferme y sont portées et vendues comme auparavant, mais ce qui est rapporté en est quelque peu différent ; la façon élégante de manger, de boire, le mobilier et l’habillement pour lui-même nécessitent plus de sucre et d’épices, de vin et de fruits, de soieries et de rubans qu’à l’époque de son père ; de telle sorte qu’au lieu de neuf cents livres annuelles il rapporte maintenant chez lui des marchandises consommables pour une valeur annuelle de onze cents livres ; qu’en résulte-t-il ? Il vit dans la magnificence, mais cela dissipe inévitablement l’argent amassé par son père et il est chaque année plus pauvre de cent livres. A ses dépenses supérieures à son revenu s’ajoutent la débauche, l’oisiveté et les querelles de ses domestiques, qui font que ses fabrications sont perturbées  et ses affaires négligées, ainsi qu’un désordre général et une confusion générale dans toute sa ferme : cela le fera dégringoler précipitamment la pente et le fonds que l’industrie, la frugalité et le bon ordre de son père avaient constitué sera promptement épuisé et lui-même rapidement jeté en prison. Une ferme et un royaume sous ce rapport ne différent que par l’étendue. Nous pouvons commencer à être actifs, et en devenir pauvres, à moins de modérer nos dépenses ; si de plus nous sommes oisifs, négligents, malhonnêtes, malveillants et si nous gênons sous quelque prétexte que ce soit ceux qui sont sérieux et industrieux dans leurs affaires, nous nous ruinerons encore plus rapidement…l’argent n’entre en Angleterre par aucun autre moyen que d’y dépenser moins en marchandises étrangères que ce que nous portons au marché peut payer.

Et Toi, Bernanke? par Paul Krugman, Traduction française par Nathalie Lacladère

Et Toi, Bernanke?

par Paul Krugman, Traduction française par Nathalie Lacladère

Le 23 juin 2013,

Krugman_New-articleInline-v2

Pour la plupart, Ben Bernanke et ses collègues de la Réserve fédérale ont été bons dans ces temps économiques difficiles. Ils ont essayé de stimuler l’économie alors même qu’à Washington le chômage soit oublié pour la plupart, ou bien ils ont décidé que la meilleure façon de guérir le chômage était d’intensifier la souffrance des chômeurs. Vous pouvez prétendre que l’activisme de la Fed, alors bienvenue, n’est pas suffisant, et qu’il devrait faire encore plus. Mais au moins, elle n’a pas perdu de vue ce qui est vraiment important.

Dernièrement, les responsables de la Fed ont délivré des conseils de plus en plus forts faute d’en faire plus, ils veulent en faire moins. Ils sont impatients de commencer ainsi « rétrécissant » un retour à la politique monétaire normale. L’impression que la Fed soit fatiguée de frapper si durement, a encore été plus intensifiée la semaine dernière, après une conférence de nouvelles à laquelle M. Bernanke semblait très heureux de renforcer le message d’une prochaine diminution de relance.
Le problème est que c’est un très mauvais signal à envoyer étant donné l’état de l’économie. Nous sommes toujours très bien, vivre à travers ce qui équivaut à une dépression de bas niveau et également un mauvais message de la Fed, réduit les chances de sortir de la dépression.
La première chose que vous devez comprendre, c’est à quel point nous restons en plein emploi quatre ans après la fin officielle de la récession 2007-2009. Il est vrai que le chômage est en baisse mesurée mais cela reflète principalement une baisse du nombre de personnes qui cherchent activement des emplois, plutôt qu’une augmentation des offres d’emploi. Regardez, par exemple, à la fraction des adultes dans leurs premières années de travail (25 à 54) qui ont un emploi, que le rapport passée de 80 à 75% dans la récession, et a récupéré depuis seulement 76%.
Compte tenu de cette triste réalité plus une inflation très faible, vous devez vous demander pourquoi la Fed parle à tous de réduire ses efforts au nom de l’économie.
Pourtant, elle vient de parler, non? Eh bien, oui mais ce que la Fed dit souvent compte autant ou plus que ce qu’elle fait. Cela est inhérent à la relation entre ce que la Fed contrôle plus ou moins directement, à savoir les taux intérêts à court terme et les taux à long terme, qui reflètent les prévisions ainsi que les taux à court terme actuels. Même si la Fed laisse ses taux inchangés pour le moment, les déclarations de convaincre les investisseurs que ces taux vont augmenter plus tôt, cela engendrera plus tard une hausse des taux longs. Et parce que les taux longs ont une importance principalement pour les dépenses privées, cela affaiblit la croissance et l’emploi.
Effectivement, les taux ont grimpé depuis le début du discours effilé. Il y a deux mois, le taux d’intérêt de référence à 10 ans des obligations d’État des États-Unis n’était que de 1,7%, proche du plus bas taux historique. Depuis, le taux a augmenté de 2,4%, il reste encore faible par rapport aux normes habituelles, mais, comme je l’ai dit, ce n’est pas une économie normale. Peut-être en reprise économique la Fed prévoit de poursuivre malgré cette augmentation de taux. Mais peut-être pas, en tout cas, des taux plus élevés seront sûrement signifier une reprise plus lente que ce que nous aurions eu si les responsables de la Fed avaient évité tout ce qui parle de « diminution ».
Les Responsables de la Fed comprennent sûrement tout cela. Alors, que pensez-vous qu’ils font?
Une réponse pourrait être que la Fed va tranquillement se mettre d’accord avec les critiques qui affirment que ses politiques « d’argent facile » ont des effets secondaires néfastes, par exemple en augmentant le risque de bulles. Mais j’espère que ce n’est pas vrai, puisque tout dommage de taux faibles est insignifiant comparé aux taux des dommages plus élevés, et il en résulte que cela va infliger une hausse du chômage.
En tout cas, je suppose que ce qui se passe réellement, est un peu différent: les responsables de la Fed sont en train, consciemment ou non, de répondre à la pression politique. Après tout, depuis que la Fed a commencé sa politique de relance monétaire agressive, elle a fait face à des accusations de colère de la droite au sujet du dollar et prépare le terrain pour une inflation élevée, des accusations qui n’ont pas été rétractées même si le dollar est resté fort et l’inflation est restée faible. Il est difficile d’éviter le soupçon que les responsables de la Fed, portés par les attaques constantes, ont été à la recherche d’une raison pour relâcher leurs efforts, et ont saisi un peu mieux sur les nouvelles économiques comme une excuse.
Et peut-être qu’ils vont sortir avec elle, peut-être la reprise économique et renforcer ainsi tout ira bien. Mais la hausse des taux d’intérêt font que l’heureuse issue reste moins probable. Et maintenant que tout le monde sait que la Fed est désireuse de « desserrer », il sera difficile d’obtenir des taux d’intérêt vers le bas au niveau où ils étaient.
C’est triste et déprimant, dans les deux sens du terme. La raison fondamentale de notre économie est toujours déprimée après toutes ces années, c’est en fait que les décideurs politiques ont perdu le fil, oubliant que la création d’emplois était leur tâche la plus urgente. Jusqu’à présent, la Fed a été une exception, mais il semble maintenant de rejoindre le club. Et toi, Ben?

Paul Krugman, The New York Times.

Traduction française Nathalie Lacladère