« Bourreau des All Blacks » : Christophe Lamaison

source:http://www.lexvnz.com/2014/03/28/christophe-lamaison-all-blacks/

Quelle meilleure façon pour se remémorer ou découvrir les joueurs qui ont brillé et joué de mauvais tours aux All Blacks que de leur réserver une rubrique ? Christophe Lamaison, l’un des ouvreurs le plus complet de l’Histoire du rugby français inaugure « Bourreau des All Blacks » !

Formé à Peyrehorade, il débute principalement à l’arrière à l’Aviron Bayonnais puis explose dans le « gros collectif » Briviste au poste de ¾ centre. Il découvre l’Equipe de France en 1996 et remporte la Coupe d’Europe en 1997.

Surnommé « Titou » il devient un des chouchous du rugby français à force d’enquiller les points comme des perles et d’éclairer les rencontres en « régalant » ses partenaires (ce ne sont sans doute pas Laurent Leflamand ou David Venditti qui diront le contraire). Les Bleus jouent un beau rugby et enchaînent deux Grands Chelems consécutifs (1997 et 1998).

En Juin 1999, le XV de France est en Nouvelle-Zélande pour préparer la Coupe du monde. Christophe Lamaison vit le 1er de ses 4 matches face aux All Blacks :

26/06/1999: 54-7 (Wellington) : La déroute de l’Athletic Park

Rentré en tant que ¾ centre face à Alama Ieremia puis Pita Alatini qui jouait sa place dans le squad néo-zélandais … ce n’était pas un cadeau. Le match avait déjà tourné au désastre du bout du monde pour les Bleus. Un aspect positif peut être retenu de cette rencontre malgré tout. Elle a eu pour mérite de faire « baisser » l’attention néo-zélandaise pour la future demi-finale. La fameuse phrase « Nous sommes trop forts pour être battus par la France » de John Hart en est un bel exemple …

31/10/1999 43-31 (Londres) : Miracle à la française !

Après la blessure de Thomas Castaignède, Christophe Lamaison prend les rênes du XV de France. Ils éliminent dans un match sublime, en demi-finale et contre toute attente, des All Blacks médusés !

Ce jour-là, face à Andrew Mehrtens, il est l’auteur de 28 points, 1 essai, 2 drops, 2 passes décisives, 3 pénalités, 4 transformations (100%) …

« C’est un film qu’il faut placer au rayon des souvenirs, sinon tu n’avances plus. La cassette est rangée en bonne place dans ma vidéothèque personnelle. Tout est allé très vite, je n’ai pas eu le temps de me poser des questions, on était happés par le jeu. Notre souci était de concrétiser toutes nos occasions. Ça n’a pas changé ma vie, je ne me considère pas comme un héros. Le bonheur du groupe passe avant tout » Christophe Lamaison

Toujours très humble et mesuré, Christophe Lamaison reste cependant pour la France le grand « héros de Twickenham ».

11/11/2010: 26-39 (Paris) : Pour Dave Gallaher !

1 an plus tard, Andrew Mehrtens et les All Blacks prennent leur revanche à Paris pour la commémoration de leur ancien Capitaine mort au combat pour la France. Sur un nuage, le maître à jouer néo-zélandais récite son rugby et ballade le XV français. Christophe Lamaison maintient tout de même l’équipe à flot en inscrivant 16 points. Ne s’avouant pas vaincus, les Bleus sentent qu’un coup est possible pour le match retour qui a lieu la semaine suivante :

« On est prêts pour la guerre. Un match contre les All Blacks, ça ressemble au combat d’un boxeur qui monte sur le ring contre Tyson. La trouille l’habite, mais, s’il part battu, il sera écrasé. Si on part avec cet état d’esprit, ce n’est pas la peine d’y aller. En revanche, si on les prend à la gorge d’entrée, ils peuvent douter. Si on répond présent en défense, on pourra rivaliser. Il faut évacuer les complexes, ils sont comme les autres, même si certaines individualités sont importantes. Ce sera un big match. Il n’y a pas de miracle pour les battre, il faut simplement marquer plus de points qu’eux ». Christophe Lamaison

18/11/2000: 42-33 (Marseille) : Apothéose à Marseille !

Devant un merveilleux public, les Bleus refont le coup ! Tout réussit aux joueurs français et c’est encore au tour de Christophe Lamaison d’être en état de grâce. Il claque un drop et une pénalité de 50 mètres pour conclure cette victoire, son dernier match face aux Blacks. Il termine la rencontre avec 27 points, 3 transformations, 5 pénalités et 2 drops …

« On ne pouvait pas perdre ici, même si Marseille est la cité du foot » Christophe Lamaison

Avec 2 victoires en 4 matches, 2 performances inoubliables et 71 points inscrits en 3 rencontres, Christophe Lamaison mérite amplement son statut de « Bourreau de Blacks ».

Une véritable présence physique, des jambes, une bonne défense, de la vista, une botte hors norme, un état d’esprit irréprochable, de la créativité, une maîtrise tactique, de la polyvalence, un gros mental … Il est sûrement le demi d’ouverture de l’ère professionnel le plus compétent que le XV de France ai connu. Il est toujours à l’heure actuelle le meilleur réalisateur du rugby français (380 points en 37 matches).

Rugby : France-Angleterre, la guerre de 100 matchs

Source: le monde

Plus d’un siècle de rivalités franco-anglaises en rugby. Le 101e « Crunch » de l’histoire du ballon ovale se déroulera ce samedi au Stade de France. Le XV du Coq France reçoit en effet dans son temple de Saint-Denis celui de la Rose en préparation de la Coupe du monde qui se tiendra en Angleterre du 18 septembre au 31 octobre 2015. Une semaine seulement après s’être incliné à Twickenham (19-14) contre ces mêmes rugbymen anglais, toujours en test-match.

En 2013, Erik Bonneval, ailier de l’équipe de France dans les années 1980, expliquait au Monde qu’à son époque, l’appellation « Crunch » « n’existait pas » : « Le Crunch, ce n’était que du chocolat. Mais ça envoyait ! » Si le nom est donc récent, l’opposition a fait l’histoire de l’ovalie. France-Angleterre, c’est cent neuf années de confrontations, fourmillant de records et d’anecdotes.

Le premier de l’histoire

Le 22 mars 1906, l’équipe de France rencontre pour la première fois celle d’Angleterre au Parc des princes, à Paris. Pour l’inauguration de leur première tunique tricolore (maillot bleu, short blanc et chaussettes rouges), les Bleus sont défaits 35 à 8.
Premier Tournoi des cinq nations
La France intègre en 1910 le tournoi européen. Lors de sa campagne, elle perd ses quatre rencontres, donc celle contre l’Angleterre (11-3) le 3 mars au Parc des princes. C’est la première des sept (la dernière remontant à 1957) cuillères de bois – lorsque toutes les rencontres du tournoi sont perdues – de l’histoire du rugby français.
Première victoire
Le 2 avril 1927 au stade olympique Yves-du-Manoir de Colombes, le XV de France s’impose pour la première fois face aux Anglais. Après une série de quinze défaites et un nul (11-11 à Londres en 1922), les Bleus finissent par l’emporter chichement (3-0).

Victoire et exclusion

L’année 1931 marque un tournant. Le 6 avril, le XV de la Rose est battu par les rugbymen français (14-13) à Colombes. Mais plus d’un mois avant la rencontre, le 2 mars, les Home Nations – fédérations anglaise, écossaise, galloise et irlandaise – avaient décidé d’étudier le cas du rugby français pour l’exclure des compétitions. En cause, un jeu trop violent et des soupçons de professionnalisation de ses joueurs.

Retour aux compétitions

Après la seconde guerre mondiale, le rugby français réintègre le Tournoi des cinq nations. Le 19 avril 1947, l’Angleterre bat la France (6-3) à Twickenham et termine première de la compétition (ex aequo avec le Pays de Galles). Le XV tricolore termine troisième.

Première victoire à Londres

Le 24 février 1951, à Twickenham, la météo anglaise est fidèle à sa légende. Pluies diluviennes, brouillard et boue sont au rendez-vous pour ce match historique. Grâce à l’aide de ses avants, l’équipe de France s’impose pour la première fois en terre anglaise (11-3).

Premier Grand Chelem
Le XV de France affronte l’Angleterre lors du troisième match du Tournoi des cinq nations, le 24 février 1968 à Colombes. Grâce à l’essai de Jean Gachassin, trois-quarts aile des Bleus, les coéquipiers du capitaine Christian Carrère l’emportent 14-9. Ils viendront ensuite à bout du Pays de Galles le 23 mars et s’adjugeront le premier Grand Chelem (quatre victoires en quatre matchs) du rugby français.

Crachats et insultes

Après une victoire sur le Pays de Galles lors de leur premier match dans le tournoi européen, les Français se déplacent à Twickenham le 19 février 1977. Sur le sol londonien, les Bleus sont attendus, objets de crachats et d’insultes lors de leur entrée sur le pré. Lors de cette rencontre, l’arrière anglais Alastair Hignell rate six pénalités. Du côté français, le Narbonnais François Sangali inscrit le seul essai du match. Jean-Pierre Rives et ses coéquipiers s’imposent finalement (4-3) et conquièrent à nouveau le Grand Chelem, avec les mêmes joueurs à chacun de ces quatre matchs et sans le moindre essai encaissé.

Finale à Tikenam

L’Angleterre et la France comptent trois victoires chacune lors du tournoi continental de 1981, avant de s’affronter en « finale » à Twickenham le 21 mars. Le XV tricolore s’impose (16-12) et remporte son troisième Grand Chelem (après ceux de 1968 et de 1977).

Désillusion au Mondial

En octobre 1991, l’Angleterre, l’Ecosse, le pays de Galles, l’Irlande, et la France coorganisent la deuxième Coupe du monde de rugby. Les Français sont vice-champions du monde puisqu’ils se sont hissés en finale de la première édition en 1987, battus par les hôtes néo-zélandais. Quatre ans plus tard, ils s’inclinent en quart de finale au Parc des Princes, le 19 octobre, devant les Anglais (19-10). Le parcours de la sélection dirigée par Daniel Dubroca reste à ce jour le plus médiocre des Bleus au Mondial.

La remontée fantastique

Après un Grand Chelem au Tournoi des six nations en 2004, l’équipe de France débute l’édition suivante par une victoire contre l’Ecosse (16-9). Le 12 février 2005, elle se déplace à Londres. Privée de Peter De Villiers et d’Aurélien Rougerie, la sélection de Bernard Laporte est menée (17-6) à l’issue de la première période. Revanchards au retour des vestiaires, les coéquipiers de Serge Betsen ne laisseront plus leurs adversaires inscrire le moindre point. Dimitri Yachvili marque quatre pénalités en seconde période (sur un total de six passées) pour une victoire finale de 18-17.

Deux records

Le « Crunch » du Tournoi des six nations 2015 est historique. Devant plus de 82 000 spectateurs massés à Twickenham, les deux nations n’inscrivent pas moins de douze essais (sept pour l’Angleterre, cinq pour la France), un record lors d’un match entre ces deux équipes. En même temps, les Bleus encaissent 55 points – et en marquent 35 –, soit le plus grand nombre jamais enregistré en près de 110 années de confrontations.

Jonny Wilkinson meilleur sportif Rugby Monde 2014

Nathalie Lacladère :
Dans le top 5 des meilleurs sportifs Monde 2014, Sir Jonny Wilkinson est 4ème et donc 1er en Rugby Monde 2014, Bravo Félicitation.

Jonny Wilkinson

Challenges:

Neuer et Björndalen dans le top 5 « Monde »

Dans le classement Monde, le gardien de but allemand Manuel Neuer, champion du monde au Brésil et d’Allemagne avec le Bayern Munich, monte sur la 2e marche du podium, devant le biathlète norvégien Ole Einar Björndalen, devenu à Sotchi l’athlète le plus médaillé des Jeux d’hiver.

Le classement est établi à l’issue d’un vote secret des journalistes de L’Equipe qui établissent une liste des cinq sportifs de l’année où la première place vaut 6 points, la deuxième 4, etc…

Classement Hommes 2014:

MONDE

1. Renaud Lavillenie (FRA/athlétisme) 614 pts

2. Manuel Neuer (GER/football) 296

3. Ole Einar Björndalen (NOR/biathlon) 218

4. Jonny Wilkinson (GBR/rugby) 217

5. Rory McIlroy (NIR/golf) 173

FRANCE

1. Renaud Lavillenie (athlétisme/perche) 791 pts

2. Teddy Riner (judo/lourds) 315

3. Martin Fourcade (biathlon) 281

4. Florent Manaudou (natation) 235

5. Boris Diaw (basket) 215

source pour le paragraphe intitulé challenges:
http://www.challenges.fr/sport/20141224.CHA1852/qui-sont-les-5-meilleurs-sportifs-francais-de-2014.html

Pour la mémoire de notre cher et beau pays, par Nathalie Lacladère

Pour la mémoire de notre cher et beau pays,
à mon grand-père Jean-Baptiste François dit Henri Lacladère
Lieutenant-Résistance Résistant qui était basé à Damas
en Syrie de 1928 à 1932 :
Charles de Gaulle est affecté à l’Etat-Major des Troupes du Levant, à Beyrouth, de novembre 1929 à novembre 1931.
Charles de Gaulle se rend également en 1929 dans les garnisons syriennes de Homs, de Hama et d’Alep, dans les confins syro-turcs, et vers la côte, en passant par Lattaquié et Tripoli.
Il poursuit ses inspections en 1930 à Damas.
Charles de Gaulle se penche également sur la sécurité du territoire, assurée par les Troupes du Levant. Réorganisées par le général de Bigault du Granrut à la suite de la révolte druze de 1925, celles-ci sont constituées en 1931 de 28 000 hommes:
15 000 militaires français et 13 000 militaires constituant les troupes spéciales (troupes composées de soldats libanais et syriens, encadrées par des officiers français).
Elles font l’admiration de Charles de Gaulle et le confortent dans l’importance de leur rôle dans l’application du mandat. Il écrit notamment au colonel Mayer le 24 avril 1930 :« Vraiment comment ne pas croire à l’armée quand on la voit achever l’Empire ? Est-ce un bien de devenir un Empire ? Ceci est une autre histoire ».

Petite anecdote : à la mémoire d’un de mes oncles malheureusement décédé jeune et sans aucun descendant, décédé par erreur il était allergique et une infirmière lui a fait une piqûre qui lui a été fatale…
mon grand-père Henri Lacladère, militaire de carrière, Résistant était à Damas début 1930 avec sa famille, un de mes oncles Hubert est né à Damas en 1931.

Par la suite tonton Bébert(Hubert) a été Maître d’Armes, militaire de carrière, rugbyman, il a créé le club de Rugby d’Antibes.
Une plaque fût gravée en son nom dans ce club de Rugby, je ne sais pas si cette plaque existe toujours.