Australia says French company wins huge submarine contract

CANBERRA – Australia announced Tuesday that French company DCNS has beat out bidders from Japan and Germany to build the next generation of submarines in Australia’s largest-ever defense contract.
DCNS, Germany’s ThysennKrupp Marine Systems and Japan’s Mitsubishi Heavy Industries were in the running to build 12 conventional submarines that the Australian navy expects will cost at least 56 billion Australian dollars ($43 billion).
Prime Minister Malcolm Turnbull said the French-designed submarines would be built in the Australian manufacturing hub of Adelaide.

“The French offer represented the capabilities best able to meet Australia’s unique needs,” Turnbull told reporters in Adelaide.

“I want to thank TKMS and the government of Japan for their proposals, which were of a very high quality. However, the recommendation of our competitive evaluation process … was unequivocal — that the French offer represented the capabilities best able to meet Australia’s unique needs,” he added.

Addressing the issue of the failed bidders, Turnbull said, “As far as Japan is concerned…both Prime Minister (Shinzo) Abe and I, and our respective governments and, I believe, our respective nations are thoroughly committed to the special strategic partnership between Australia and Japan, which gets stronger all the time.”

In Tokyo, Chief Cabinet Secretary Yoshihide Suga said the Japanese government “feels regret” that Australia decided to choose the French tender, but that Tokyo will continue to deepen security cooperation bilaterally with Canberra and trilaterally with Washington.

“Australia will continue to be a special strategic partner for our country,” the top government spokesman said at a news conference.

According to Suga, Turnbull informed Abe of the decision on Monday. Australia’s defense and foreign ministers did likewise to their Japanese counterparts the same day.

Prior to the announcement, Australian media had reported that Japan’s proposal to provide its Maritime Self-Defense Force’s Soryu-class diesel-electric submarine technology, with highly advanced stealth capabilities, did not have a strong chance against the other bids.

The failure cast a shadow over efforts by the Abe administration to add cutting-edge defense equipment to Japan’s export repertoire. If successful, the submarine contract would have been Japan’s first full-fledged defense export deal since Tokyo repealed a nearly half-century ban on arms exports in April 2014.
Speaking to reporters Tuesday in Tokyo, Defense Minister Gen Nakatani said he is confident in Japan’s submarine technology and capabilities.

“I will ask the Australian side why (the Japanese bid) was not chosen, and have the findings firmly reflected in our activities,” he said.

Nakatani, however, said Japan wants to “fully cooperate” with Australia on issues of mutual interest such as stabilizing the security environment in the Asia-Pacific region including the South China Sea, where China and its Southeast Asian neighbors are engaged in territorial disputes.
Asked if he thinks Australia’s decision may have reflected China’s perceived pressure not to choose Japan in the submarine deal, Nakatani said, “I don’t think so.”

Mitsubishi said in a statement, “It is deeply regrettable that Japan’s capabilities were not sufficiently conveyed, which has led to the result announced today.”

French President Francois Hollande said in a statement that the deal was a “decisive step forward” in the strategic partnership between France and Australia. French Defense Minister Jean-Yves Le Drian told Europe 1 radio that it was a “major victory for the French naval industry.”

France offered a diesel-electric version of the Barracuda-class nuclear submarine under construction for the French navy. Japan proposed a longer version of its Soryu-class diesel-powered propulsion system with advanced stealth capabilities.

Germany offered a larger variation of its Type 214 submarine made for Australian specifications called a Type 216.

The French bid offered the same pump jet propulsion that gave its nuclear submarines their advanced stealth capacity. Other diesel-electric submarines are too small to be fitted with the same stern-heavy technology.

Australia’s Shortfin Barracuda Block1A will be 97 meters (318 feet) long and weight 4,500 metric tons (5,000 U.S. tons) — 2.5 meters (8 feet) shorter and 200 metric tons (220 U.S. tons) lighter than its French nuclear cousin.

The German bid had highlighted their decades of experience in building submarines for several navies and had publicly offered to build the entire fleet in Adelaide for AU$20 billion — less than half the navy’s expected cost. It promoted as its edge over competitors its partnership with German engineering firm Siemens which would have provided the submarines’ software and promised to create a digital shipbuilding center in Adelaide.

Australia already has one of the world’s largest conventional submarines, the Australia-built Collins class, and the navy insisted that its replacement at least match its range of 12,000 nautical miles (22,000 kilometers). At 3,100 metric tons (3,400 U.S. tons) and 77 meters (253 feet long), the Collins will be dwarfed by the next-generation Shortfin Barracuda.

Source:http://www.japantimes.co.jp/news/2016/04/26/national/politics-diplomacy/australia-rules-awarding-japan-contract-next-generation-submarines-sources/#.Vx-3NlKviJI

Queen Elizabeth II, No Stranger to Full Agenda, Pencils In a 90th Birthday

LONDON — She has been served by 12 prime ministers, starting with Churchill; navigated the decline of the British Empire; braved the tragedies of her family and the nation; and, on Sept. 9, edged out Queen Victoria as the longest-reigning monarch in British history: 64 years now. And she is lauded for having the stiffest upper lip in the realm.
On Thursday, Queen Elizabeth II will celebrate her 90th birthday, and a grateful Britain will honor a woman her biographer Douglas Hurd, a former foreign minister, has called “The Steadfast.”
Through seven decades, she has remained gloriously and relentlessly enigmatic in one of her signature pastel outfits and colorful hats, chosen, royal experts say, so onlookers can spot her in a crowd.

This being Britain, the occasion will be celebrated with pageantry; warm beer; longer pub hours; equestrian displays; and an appearance by the actress Helen Mirren, who won an Oscar for portraying the queen.

But befitting a workhorse who carried out 341 engagements last year, Elizabeth kicked off birthday celebrations on Wednesday in a dutiful display: at a Royal Mail delivery center, where she and her husband, the Duke of Edinburgh, watched workers sort mail and were serenaded by a choir of postal employees. On Thursday, she is to light the first of more than 900 celebratory beacons. On Friday, President Obama will offer the queen birthday wishes at Windsor Castle.

Source:http://mobile.nytimes.com/2016/04/21/world/europe/queen-elizabeth-90-birth.html?_r=0&referer=https://www.google.fr/

Accord de l’ONU pour la Syrie : divergences sur le sort de Bachar el-Assad

Malgré des désaccords, les grandes puissances désireuses d’en finir avec la guerre en Syrie ont fait adopter à l’ONU vendredi une résolution appelant à un cessez-le-feu et à des négociations de paix dès début janvier.Pour la première fois en près de cinq ans de conflit, les 15 membres du Conseil de sécurité ont adopté à l’unanimité, y compris la Russie, une résolution qui établit une feuille de route qui entérine un ambitieux plan de paix pour la Syrie. La résolution envisage que se tiennent « au début janvier » des négociations entre pouvoir et opposition pour mettre fin à quatre années et demi de guerre et que s’instaure simultanément un cessez-le-feu sur l’ensemble du territoire syrien.
Pour le secrétaire d’Etat John Kerry, qui présidait la séance, ce texte « envoie un message clair à tous pour dire qu’il est temps de mettre fin aux tueries en Syrie ». Il s’est dit « sans illusions » sur la difficulté de la tâche mais a salué un « degré d’unité sans précédent » de la part des grandes puissances pour trouver une solution politique en Syrie. « En janvier, nous espérons être en mesure d’appliquer un cessez-le-feu complet, ce qui veut dire plus de largages de barils d’explosifs, plus de bombardements, plus de tirs ni d’attaques d’un côté comme de l’autre ».
Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a salué « la première résolution qui se concentre sur les moyens politiques de résoudre la crise. C’est un pas très important qui nous permet de progresser » vers une solution, a-t-il ajouté. Il a affirmé que les Nations unies « était prêtes » à jouer leur rôle pour organiser les négociations de paix et mettre en place et surveiller le cessez-le-feu. La résolution demande à l’ONU de préparer dans un délai d’un mois des « options » pour mettre en place un « mécanisme de surveillance et de vérification » du cessez-le-feu. « Nous espérons être capable de le faire en janvier », a précisé prudemment le médiateur de l’ONU en Syrie, Staffan de Mistura, se voulant « réaliste » sur la complexité du processus.
Le Conseil demande à l’ONU de « réunir des représentants du gouvernement syrien et de l’opposition afin qu’ils entament des négociations formelles sur un processus de transition politique de manière urgente, avec pour objectif de commencer ces discussions au début janvier 2016 ». Le Conseil « confirme son soutien au Communiqué de Genève » de juin 2012 sur une transition politique en Syrie et « entérine les déclarations de Vienne », qui prévoientt un gouvernement de transition dans les six mois, ainsi que des élections dans les 18 mois.
La résolution précise que ce cessez-le-feu ne s’appliquera pas aux opérations contre les groupes extrémistes comme l’EI et le Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda. Elle appelle à « éliminer le sanctuaire qu’ils ont créé sur une grande partie » de la Syrie. Les rebelles et certains pays occidentaux accusent Moscou de bombarder surtout les positions des groupes s’opposant au régime et non celles de l’organisation jihadiste Etat islamique.
Incertitude autour du sort de Bachar el-Assad
La prudence perdure car l’accord à l’ONU ne résout pas la question cruciale du sort réservé au président Bachar el-Assad. Les divergences persistent entre Occidentaux qui souhaitent son départ, sans dire à quel moment, et les Russes, qui le soutiennent mordicus. « Compte tenu de la réalité sur le terrain et de l’impasse faite sur le sort de Bachar el-Assad, l’accord n’est absolument pas applicable », a réagi samedi Samir Nachar, un membre de la Coalition nationale syrienne (CNS), principale formation de l’opposition en exil.
Pour Karim Bitar, directeur de recherches à l’Institut français de relations internationales, la résolution « est un premier pas très significatif mais de nombreuses ambiguïtés et arrière-pensées demeurent. Autant Russes et Américains semblent prêts à parvenir à un modus vivendi, autant les puissances régionales sunnites continuent de craindre que ce pragmatisme ne pérennise le statu quo et permette le maintien d’Assad sur une trop longue période de transition », explique-t-il.

Source: challenges

L’itinéraire de PARIS à JÉRUSALEM, Chateaubriand

revivre des mondes disparus. À la fois et indissociablement historien et poète Chateaubriand peut charmer en restant exact.

On sait bien que tout voyage se fait aussi dans les livres. Le monde est toujours, peu ou prou, vu à travers le filtre de cette bibliothèque que le voyageur porte en lui, et quelquefois avec lui (on songe à Lamartine qui s’embarque pour l’Orient, lesté de cinq cents volumes).Sur ce point, Chateaubriand ne saurait nous démentir : il confronte par exemple les environs de Jérusalem avec le poème du Tasse et ne cesse de rappeler les poètes et les historiens qui lui permettent de déchiffrer le réel. De manière plus générale ce pèlerinage humaniste est pour lui l’occasion de raviver et de s’approprier une mémoire collective sur laquelle se fonde sa culture. À bien des égards, cette mise en relation du monde réel et de celui des œuvres, quelles que soient les modalités qu’elle est susceptible de revêtir, pourrait porter gravement atteinte à la vérité du voyage. 

Chateaubriand, de fait, ne remet pas sérieusement en cause la ligne de partage entre l’écriture de fiction et celle du voyage et s’il nous transporte par intermittences dans l’univers de la fable, c’est pour constater aussitôt qu’il n’est (hélas !) pas possible d’accorder ce qu’il voit avec ce qu’il a lu.
Retournons la question. Est-il possible de déceler dans le texte des références livresques qui tiendraient lieu de preuve, de supposer que le recours à la bibliothèque serait en fin de compte le meilleur moyen d’accorder une forme de crédit aux propos du voyageur ? Débutons par un exemple. Le motif de la tempête est presque un passage obligé du récit de voyage, qui se calque sur un modèle éprouvé qu’on peut trouver dans l’Odyssée ou l’Énéide : après que les vents se sont levés brusquement vient une description auditive du fracas qu’ils provoquent. Le naufrage est inéluctable, sans l’intervention divine de Poséidon ou Neptune (mais aussi du Christ dans la Bible – Matthieu, 8, 26) et de la Providence dans l’Itinéraire (p. 486). Lorsqu’il nous fait part du terrible coup de vent du 28 septembre 1806, dans lequel il pensa perdre le vie, Chateaubriand se réfère explicitement au premier livre de l’épopée de Virgile : « une nuit ténébreuse recouvre la mer». Le lecteur de voyages ne saurait totalement se passer de ces vignettes en lesquelles il reconnaît comme un indicateur du genre. En outre, et c’est ce qui importe ici au premier chef, il s’attend à une mise en texte dans laquelle il puisse reconnaître des schémas éprouvés qui lui feront accepter une logique de l’excès assez loin, par ailleurs, de sa propre expérience. Enfin, il est friand de ces morceaux de bravoure dans lesquels le relateur affronte des «objets» donnés comme indescriptibles (dans le cas présent : le chaos sublime de la tempête).

Ce monde est fou

Bonjour
le monde est fou.Ma fille fait de l’aviron et hier un de ses camarades s’est fait renverser par un véhicule en traversant en courant sur le passage pour piéton pour aller des hangars aux pontons sur les bords de Marne où il faut rouler à moins de 30 km/h, le véhicule était au dessus de 80 km|h, ce monde est fou.

Nathalie 

Syrie: Obama et Poutine échangent sur la Syrie

Obama et Poutine échangent sur la Syrie

Lors de La COP21,une rencontre entre Barack Obama et Vladimir Poutine, a eu lieu, ils se sont entretenus durant une trentaine de minutes au sujet de la situation en Syrie. D’après Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, le président américain a exprimé à son homologue russe qu’il déplorait la destruction d’un bombardier russe par la Turquie et il s’est entendu avec Vladimir Poutine pour trouver une solution politique au conflit syrien.

Nath Lacla: Elle n’est pas belle cette photo? pour ma part, je la trouve très belle, elle symbolise un geste de paix pour un avenir commun meilleur

Obama-Poutine