Majority of Scots willing to leave UK

Scotland’s First Minister Nicola Sturgeon has told the BBC that Holyrood could try to block the UK’s exit from the EU.
She was speaking following a referendum on Thursday which saw Britain vote by 52% to 48% to leave Europe.
However, in Scotland the picture was different with 62% backing Remain and 38% wanting to go.
SNP leader Ms Sturgeon said that « of course » she would ask MSPs to refuse to give their « legislative consent ».
Keep up with the latest news following the Brexit vote
Fear of populism haunts European press
Corbyn under pressure amid top team revolt
Leader of the Scottish Conservatives, Ruth Davidson, insisted the Edinburgh parliament did not have the required authority to block Brexit.
In an interview with the BBC’s Sunday Politics Scotland programme Ms Sturgeon was asked what the Scottish Parliament would do now.
Ms Sturgeon, whose party has 63 of the 129 Holyrood seats, said: « The issue you are talking about is would there have to be a legislative consent motion or motions for the legislation that extricates the UK from the European Union?
« Looking at it from a logical perspective, I find it hard to believe that there wouldn’t be that requirement – I suspect that the UK government will take a very different view on that and we’ll have to see where that discussion ends up. »

source:bbc

Germany makes plans for a post-Brexit Britain and wants us to still trade with the EU

by then.co.uk

She is already making plans to keep business going with Britain just hours after it was announced Brits had voted for Brexit.

Boris Johnson has said there is no need to rush the process of leaving the EU but it looks like it needs us as work is already underway to draw up terms.

German business paper Handelsblatt reports Germany wants to offer us ‘associated partnership status’ with other European Union countries.

This is according to an eight-page document entitled “The German strategy regarding a Brexit”, where the finance ministry said it wanted “to offer constructive exit negotiations” with other EU members, and adds it expects the talks between Brussels and London to be difficult.

The precise terms of the “associated partnership status” will depend on the deal hammered out between Britain and the remaining EU members.

It would draw up a framework for co-operation between us and the European Union and could include political, trade, social, cultural and security links.

Germany’s strategy comes after Brussels chiefs demanded Britain get on with leaving the EU.

In a joint statement from Commission President Jean Claude Juncker and EU Council chief Donald Tusk, the PM was urged to invoke Article 50 – effectively Britain’s resignation letter – as soon as possible to kick-start talks over a departure.

They said: “This is an unprecedented situation but we are now united in our response.

“We now expect the United Kingdom government to give effect to this decision of the British people as soon as possible, however painful that process may be.

“Any delay would unnecessarily prolong uncertainty.”

But in his resignation speech earlier today David Cameron signalled the UK would not be in a position to begin divorce negotiations until a new PM is in Downing Street this October.

Britain remains a member of the EU with all the rights – and obligations – until the process of negotiations over the terms of a departure is settled.

Invoking Article 50 begins a two-year period of talks to try and thrash out terms.

Earlier today European Parliament chief Martin Schulz threatened to hit Britain with “consequences” – to show other EU member states they should not follow the UK out of the door.

‘Brexit’ Opens Uncertain Chapter in Britain’s Storied History

By Steven Erlanger New York Times

LONDON — Asked to vote in or out, Britain has chosen decisively to cast off its 43-year-old membership in the European Union, leaving it to face a more complex question: What kind of nation will it be now?

Will Britain be the outward-looking, entrepreneurial, confident country that makes its independent way in the world, as the leaders of the Leave campaign insisted it could be?
Or will it retreat to become a Little England, nationalist and a touch xenophobic, responding to the voters that drove it to quit the European Union?

Even more important: Will it even hold together? With Scotland deeply pro-European, pressure will increase for another independence referendum that could bring an end to the United Kingdom.

Britain, a nation whose storied history has encompassed the birth of constitutional government, global empire, royal pageantry and heroic defense against fascism, is entering unknown territory.

The questions about its new path could remain unresolved for years. On Friday morning, at least, Britain remained a member of the European Union in full standing, just as it was 24 hours earlier.

But the impact of this plebiscite is likely to be profound and long-lasting, well beyond the immediate tumult in the financial markets, and the questions about Britain’s future will be answered against the backdrop of potential political, legal and economic upheaval.

A Conservative government with its first majority since 1992 has ripped itself apart on a global stage and is badly damaged. The main question on that front seems to be whether Prime Minister David Cameron and his top aide, George Osborne, the chancellor of the Exchequer, leave slowly or speedily. An early general election is not out of the question.

Once Britain begins the formal process of withdrawing from the European Union by exercising Article 50 of the treaty that governs membership in the bloc, it will trigger a two-year clock on negotiations, a period in which Britain — including millions of European citizens living in Britain and British citizens living in the European Union — will be in limbo.

And if the British Treasury, the Bank of England, the International Monetary Fund and the Institute for Fiscal Studies are to be believed, the British economy is in for a severe shock. The Treasury estimates that the British gross domestic product, representing the size of the economy, will fall by 3.5 percent, clobbering tax receipts; that half a million people will lose their jobs; and that housing prices (and thus personal wealth of homeowners) will fall by 10 percent.

Those estimates were criticized by the Leave campaign, including senior members of government, as unfounded fear mongering. Now Britain will find out how accurate they are.
This vote was a severe shock to Britain’s political class from voters who are angry, confused and deeply distrustful of elites.

The Labour Party joined Mr. Cameron in campaigning to stay in Europe, as did nearly all the other parties represented in Parliament, with the exception of the Democratic Unionists and the U.K. Independence Party, which was founded on a platform of leaving the European Union. Yet despite that solid wall of establishment voices — or perhaps because of them — Britain voted for a fundamental change in direction.

“The British political class should pay attention,” said Tony Travers, professor of government at the London School of Economics.

“There is a lot of disaffection with both main parties,” he said. In 1955, the Conservatives and Labour won 97.5 percent of the vote, but in last two elections, the two won only about 66 percent of the vote, he said.

Graphic | Repercussions of Britain’s Exit From the E.U. Investors, policy makers and countries face a messy breakup with vast financial, economic and political implications.

“Into that vacuum something else has to move, but what?” Mr. Travers asked. “The political class has to wonder how to appeal to those who increasingly feel left out of the system, how to stop large numbers of voters feeling cut out of economic change and success.”

The Conservative Party is already split between traditional establishment figures like Mr. Cameron and others who embraced the anti-elite, anti-immigration posture of the Leave campaign, most prominently the former mayor of London, Boris Johnson, and one of Mr. Cameron’s senior cabinet members, Michael Gove.

En Aquitaine a lieu le « plus grand chantier de reboisement de tous les temps »

Les sylviculteurs du Sud-Ouest croient à nouveau en leur avenir. Malmené cet été par les agriculteurs, le ministre, qui est aussi ministre de la Forêt, a pu goûter aux joies du succès auprès des sylviculteurs lors de la 98e assemblée générale du Syndicat des sylviculteurs du sud-ouest (SSSO), à Morcenx (Landes), dont il était l’invité vedette à la mi -septembre et où se sont pressés près de 500 professionnels.

« C’est la première fois que nous avons un ministre de la Forêt et depuis qu’il est en fonction il en fait plus pour la forêt que les trois ou quatre ministres de l’Agriculture précédents », se réjouit le secrétaire général du SSSO, à l’unisson d’une filière dont les représentants n’ont pas hésité à applaudir le ministre lors de son arrivée à l’AG, en compagnie du président de la région Aquitaine, et du président du Conseil départemental des Landes. 

Atteindre 150 millions de mètres cubes

Après celle de 1999, la tempête Klaus de 2009 a très sévèrement frappé le massif des Landes de Gascogne, qui s’étend sur 987.950 hectares (Centre régional de la propriété forestière d’Aquitaine) répartis sur Gironde, Landes et Lot-et-Garonne, et en particulier le département des Landes, où se trouve le cœur de la forêt (664.722 hectares). A noter que la forêt des Landes de Gascogne ne se superpose pas exactement avec la région des Landes de Gascogne, qui est un peu plus grande.

« Avant la première des deux tempêtes, la production annuelle de bois était de l’ordre de 160 millions de mètres cubes (Mm3). Actuellement nous sommes autour de 70 Mm3 et notre objectif est de remonter entre 140 et 150 Mm3 par an dans les plus brefs délais. Aujourd’hui nous exploitons 100 % du stock », 
Une situation qui pourrait être le signe de la poursuite de la crise enclenchée par la tempête de 2009. Mais cet étranglement sur les volumes de bois disponibles, qui découle de la destruction massive du cheptel forestier, a désormais un horizon. Après le nettoyage, réalisé à près de 98 %, le rythme des plantations a permis d’atteindre les objectifs fixés.

« C’est le plus gros chantier de reboisement d’Europe et de tous les temps. Nous en sommes déjà à 130 -140.000 hectares d’engagement et le massif sera reboisé à 90 % en 2017, nous allons atteindre les 200.000 hectares », pronostique CP.
Le pin à 30 ans contre 40
Cet effort historique a mobilisé la profession mais aussi l’Etat, dont l’aide sur la période 2009-2017 s’élève à 470 M€, auquel Stéphane Le Foll a promis d’ajouter 60 M€ d’aide supplémentaire. Une des clés majeures de cette sortie de crise vient des progrès réalisés par l’Inra (Institut national de la recherche agronomique).

Plus grande forêt cultivée d’Europe, le massif des Landes de Gascogne va bénéficier d’une innovation de l’institut, qui a réussi à réduire la durée de rotation des pins maritimes en jouant sur la sélection, « pas sur la génétique », . Grâce à cette innovation, les pins maritimes arriveront à maturité à l’âge de 30 ans au lieu de 40. Un gain de 10 ans qui va permettre de booster la production. Cette bonne nouvelle arrive alors que la filière a dévoilé à l’occasion de cette AG le lancement son Plan de développement forestier 2015 -2030.

Retour des centimes forestiers ?

Structuré en concertation avec l’Etat, ce programme à 15 ans porte sur quatre axes principaux : protection de la forêt-changement climatique, techniques sylvicoles-productivité-rentabilité de la forêt cultivée, qualification de la ressource pour une meilleure valorisation, formation-information des sylviculteurs. le ministre s’est par ailleurs engagé à appuyer les sylviculteurs dans la constitution d’un Fonds phyto forêt, se félicitant de l’excellence de leur organisation professionnelle.
Il a également jugé légitime la demande de récupération par la filière des centimes forestiers versés aux chambres d’agriculture. Les forestiers estiment en effet que leur contribution au fonctionnement des chambres d’agriculture ne correspond pas aux bénéfices qu’ils en retirent. « Avant tout allait financièrement bien, ça ne posait pas de problème. Aujourd’hui c’est très différent. Et comme l’a dit Margaret Thatcher en son temps, « I want my money back » (je veux récupérer mon argent) », expose CP. Des centimes forestiers qui représentent une contribution de 1,2 M€ en Aquitaine. 

Source:http://objectifaquitaine.latribune.fr/business/2015-10-12/en-aquitaine-a-lieu-le-plus-grand-chantier-de-reboisement-de-tous-les-temps.html

Results point to Conservative majority in parliament

High quality global journalism requires investment. Please share this article with others using the link below, do not cut & paste the article. 

David Cameron is heading back to Downing Street after a dramatic election victory, with results pointing to an outright Conservative majority in parliament. But the country he leads faces unprecedented strain after a night of triumph for Scottish nationalists.

High quality global journalism requires investment. Please share this article with others using the link below, do not cut & paste the article. 

With most results in, the Conservatives are projected to win more than the 323 seats Mr Cameron needs for an effective majority – a far better result than senior Tories had imagined possible. Early on Friday the party looked set to win the largest tally of Tory seats in nearly 20 years.

High quality global journalism requires investment. Please share this article with others using the link below, do not cut & paste the article. 

In a conciliatory message to voters in Scotland, Mr Cameron said after winning his seat in Witney that he would work for the whole country.

“We must reclaim the mantle we should never have lost: the mandate of one nation, one United Kingdom,” he said.

The number of Tory MPs elected reflected the Conservative strategy of carefully targeting key seats, but the party’s share of the national vote with 568 seats declared was 35.5 per cent, 0.5 of a percentage point higher than in 2010.

Meanwhile Labour was predicted to win just 239 seats, putting the party on course for its worst election result since 1987 – a crushing disappointment for leader Ed Miliband, who had believed he was on the brink of power.

Labour won 31.2 per cent of the national vote with 568 seats declared, up 1.4 percentage points on the last election. The party’s huge losses in Scotland more than wiped out its modest gains in London and elsewhere.

The biggest gainer of the night in terms of vote share was the anti-EU UK Independence Party, which won 12.3 per cent of the vote. But the first-past-the-post electoral system meant the party was only likely to win two MPs.

Mr Miliband may not survive as party leader, while Nick Clegg, Liberal Democrat leader, hinted he might quit after what he called “a cruel and punishing” night for his party.

The Liberal Democrats were crushed across the country, with projections that they would lose 46 of their 56 seats and win only 7.9 per cent of the popular vote. The party’s most high-profile casualties included Vince Cable, business secretary, former Lib Dem leader Charles Kennedy and Simon Hughes, a former deputy leader.

Currency markets reacted swiftly to prospects of a Conservative government, with sterling up 1.8 per cent against the dollar to $1.5513 and gaining 2.2 per cent versus the euro.

But the other big story was the Scottish National party surge, which swept away Labour and the Lib Dems. The SNP’s strong finish could embolden it to push for a second independence referendum.

The nationalists won 56 of 59 Scottish seats, prompting Alex Salmond, the party’s former leader, to declare: “The Scottish lion has roared this morning.”

The election has exposed deep divisions in the UK, with Scotland turning to a leftwing, separatist party and England choosing Mr Cameron’s centre-right Tories. Mr Salmond said Mr Cameron no longer had “legitimacy” in Scotland.

Boris Johnson, newly elected Tory MP for Uxbridge, suggested Mr Cameron would move to create a more federal UK. “There has to be some sort of overall offer,” the London mayor said.

A desolate Neil Kinnock, former Labour leader, said his party appeared set for a “very disappointing night”, reminiscent of his own defeat in 1992 when voters declined to tell pollsters they were preparing to vote Tory.

The most vivid sign of the political landscape shifting came at 1.45am in Nuneaton, in central England – a top Labour target – where the Conservatives held on comfortably. Instead of a swing to Labour, there was a 3 per cent swing to the Tories.

A 10pm exit poll on Thursday night indicating a swing to the Tories was greeted with surprise and jubilation by the party. Michael Gove, chief whip, said that if it was borne out by results it would show that Mr Cameron had “clearly won the election”.

Mr Cameron, who returned to Downing Street early on Friday morning, is now expected to try to form a pure Conservative government, knowing it is unlikely all other parties would unite in the Commons to defeat him on any issue.

At the start of the evening Harriet Harman, Labour’s deputy leader, insisted that Mr Miliband could emerge as prime minister at the head of an anti-Tory bloc, even if her party finished a distant second. But within hours, senior Labour figures were admitting that David Cameron would end up in Downing St.

That followed a series of huge setbacks for the party, encapsulated by the defeat of Douglas Alexander, Labour’s campaign chief, at the hands of a 20-year-old SNP student.

Jim Murphy, the party’s leader in Scotland, was also swept away by the SNP tide and the nationalists also captured Kirkcaldy, previously held by Gordon Brown, the former Labour prime minister and chancellor.

Other big names to lose their seats included the Lib Dem ministers Danny Alexander, Treasury chief secretary, Ed Davey, energy secretary, and David Laws, schools minister.

In spite of losing the Scottish independence referendum by 55-45, the SNP surge at this election could lead to further demands for a more federal settlement in the UK, and add to pressure for a second referendum.The 2015 election could also herald a further loosening of the ties that hold the UK together, as the SNP continued to strengthen its grip on politics in Scotland. In Glenrothes, the party secured a 35 per cent swing, unprecedented in any UK general election.

The UK Independence party was on course to become the third-biggest party in Britain in terms of the popular vote, but predictions suggested Nigel Farage’s party would win only a handful of seats.

Indeed Ukip sources said Mr Farage could fail to win South Thanet, the Kent seat he is contesting. Mr Farage has said he would quit as Ukip leader if he failed to get elected, offering another potential cause for Tory celebration.

If the exit polls are correct, the national result will be a vindication of Conservative party campaign chief Lynton Crosby’s strategy of focusing on two themes in the election: economic competence and Mr Cameron’s leadership.

The leadership was criticised by MPs and even donors in recent weeks for running a sterile and negative campaign, amid growing nervousness after five weeks of deadlocked polls.

High quality global journalism requires investment. Please share this article with others using the link below, do not cut & paste the article.  In the end, Mr Cameron and his campaign were vindicated. But with Scotland appearing to pull away from the union and with the Conservatives’ promised referendum on EU membership looming, the prime minister’s toughest work may lie ahead.
source: financial times très bon article

Tourisme: la France sur la deuxième place du podium en 2015

La France a retrouvé de son attractivité et de sa compétitivité en matière de tourisme, selon un rapport bisannuel, publié mercredi 6 mai par le Forum économique mondial (WEF) à Genève.

Dans l’édition 2015 de ce rapport, la France occupe le deuxième rang, une bien meilleure place que le 7ème rang affiché en 2013.
Les économistes du WEF ont particulièrement salué les bonnes performances de la France en matière de ressources culturelles (2ème rang dans ce critère) et d’infrastructures (4ème rang).
Le rapport sur la compétitivité des voyages et du tourisme du WEF établit un classement de 141 pays, à partir de 14 critères. Pour chaque critère, il y a un index, et le classement final est issu du cumul des performances dans chaque critère.

La France est cependant très mal classée dans le critère des prix, les touristes estimant que la France est un pays très cher. Elle occupe le 139ème rang pour ce critère.

L’Espagne en tête 

En 2015, c’est l’Espagne qui prend pour la première fois de son histoire la tête de ce classement, détrônant la Suisse, qui glisse au 6ème rang.

Selon le WEF, l’Espagne émet « ainsi un signal positif d’amorce de redressement du pays ».

La position de leadership de l’Espagne s’explique par son attrait culturel (numéro 1 dans ce critère), ainsi que la qualité de ses infrastructures (2ème rang), indique le WEF.

Après l’Espagne et la France, figurent l’Allemagne, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Suisse, l’Australie, l’Italie le Japon et le Canada.

Dans les pays émergents, la Chine (17ème rang) et le Brésil (28ème rang) ont réussi à se classer parmi les 30 pays les plus attractifs.

« La diversité qui caractérise les 30 premières places du classement démontre qu’un pays ne doit pas être nécessairement riche pour jouir d’un secteur touristique florissant », a relevé Roberto Crotti, économiste au WEF.

« Pourtant, de nombreux pays doivent encore fournir de gros efforts pour relever les défis du tourisme, notamment en développant leurs politiques de délivrance des visas et en améliorant la promotion de leur héritage culturel, et la protection », a-t-il ajouté.

6 pays européens dans le top 10

Le WEF relève encore que 6 pays européens figurent parmi les 10 premiers du classement.

Pour les experts du WEF, les voyageurs de la classe moyenne issus des pays émergents, les seniors et les jeunes de la génération Y sont des cibles prometteuses pour le secteur du tourisme.

Le secteur mondial du voyage et du tourisme, qui représente déjà près de 10% du PIB mondial, s’est développé en moyenne de 3,4% par an au cours des quatre dernières années, soit plus vite que la croissance mondiale, qui n’a été que de 2,3% durant la même période.

Dans les cinq prochaines années à venir, le développement du secteur pourrait s’accélérer au point d’atteindre 5,2% par an, selon le World Travel & Tourism Council (WTTC), le Conseil mondial du voyage et du tourisme.

Source: challenges.fr

La croissance devrait être de 2% en Allemagne en 2015

BERLIN (Reuters) – La fédération de l’industrie allemande (BDI) est plus optimiste qu’il y a trois mois sur les perspectives de croissance de l’Allemagne cette année en raison de la faiblesse des cours du pétrole, de la vigueur de la consommation et de la baisse de l’euro.

« Pour cette année, nous nous attendons à une croissance du produit intérieur brut (PIB) d’environ 2% », a dit le président de la BDI, Ulrich Grillo, cité dimanche par le quotidien Handelsblatt.

La BDI prévoyait en janvier une croissance de 1,5% cette année pour la première économie d’Europe.

Tout en exprimant ses inquiétudes quant aux perspectives économiques en Russie et au Brésil, Ulrich Grillo évoque l’Inde, les Etats-Unis, l’Espagne et la Grande-Bretagne comme des marchés susceptibles de soutenir l’activité en Allemagne, dont l’économie s’appuie traditionnellement sur les exportations.

« L’Europe profite du soutien fourni par les taux d’intérêt bas mais à long terme, des réformes structurelles sont nécessaires », a-t-il dit.

Citant eux aussi la faiblesse du pétrole et de l’euro, les conseillers économiques du gouvernement allemand ont relevé le mois dernier leur prévision de croissance pour 2015, de 1,0% à 1,8%. L’Allemagne a connu en 2014 une croissance de 1,6%.

Le Grand Empire par Jean Tulard

Extrait dont j’ai choisi des passages du dictionnaire amoureux de Napoléon de Jean Tulard

En 1811, l’Europe était faite et elle était française. Le Grand Empire succédait à la Grande Nation mais avec plus d’étendue.

La France proprement dite est alors passée de 83 départements en 1790 à 130 en 1811. Aux départements initiaux se sont ajoutés, sous la Révolution, le Vaucluse(Avignon), le Mont-Blanc(Chambéry) et Les Hautes-Alpes(Nice). De son côté le Luxembourg forme le département des Forêts. Dès 1798, la rive gauche du Rhin se présente sous la forme de quatre départements dont les préfectures sont établies à Trêves, Coblence, Mayence et Aix-la-Chapelle.

Enfin, le 26 janvier 1812, la Catalogne est détachée de l’Espagne pour former quatre départements.

En Espagne règne depuis 1808 Joseph, frère aîné de Napoléon. En Espagne, disparaissent le pouvoir de l’inquisition et celui des prêtres. C’est surtout sur le plan juridique que doit s’opérer la fusion grâce au Code civil.

Napoléon veut l’imposer dans toute l’Europe.

L’Europe est faite en 1811. Mais après le désastre de Russie, le Grand Empire va s’écrouler en moins d’un an, en 1813. Comment expliquer cet effondrement ?

En réalité, cette construction européenne ne reposait que sur la force.

Une autre Europe va naître au Congrès de Vienne.

Esperito Santo, sin Santo par Nathalie Lacladère

La banque Crédit Agricole se retrouve touchée et frappée de plein fouet par le péril historique de la banque BES sauvée de justesse de la faillite. La banque française détient 14,6% de la « péril rouge-verte » ce qui a engendré un amaigrissement important de ses bénéfices. Le Crédit Agricole a donc été contraint de ramener son pourcentage de participation (soit 14,6%) à néant (soit 0%) soit une perte nette de 206 millions d’euros au titre de la dépréciation de la valeur de la participation.

La banque devenue  subitement « Green » est donc contrainte d’endosser une pondération c’est-à-dire 502 millions d’euros de la perte record d’un total de 3,57 milliards de la BES.

En actualité la Banque BESV touchée également, écrit ceci (voici un extrait):

« Le gouverneur de la Banque du Portugal a annoncé le 4 août les décisions suivantes, relatives à la situation du BANCO ESPIRITO SANTO (BES) qui détenait 87,5 % du capital de la BESV :

  • Une nouvelle Banque, « NOVO BANCO » est créée à l’initiative de la Banque du Portugal ; elle est dotée d’un capital social de 4,9 Mds d’€ entièrement souscrit par le Fonds de Résolution, qui regroupe l’ensemble des banques et institutions financières du pays sous l’égide de la Banque Centrale.
  • Cette nouvelle banque va se voir transférer la totalité des clients du BES ainsi que l’ensemble de ses actifs sains dont fait partie la BESV.
  • Ces décisions vont permettre à NOVO BANCO de reprendre sans délai les activités bancaires du BES en respectant d’emblée les ratios « Banque Centrale » de solvabilité et de liquidité.
  • Les actions de NOVO BANCO seront ultérieurement mises sur le marché pour assurer le remboursement du Fonds de Résolution.
  • les actifs « toxiques ou à problème », en particulier les créances douteuses sur les sociétés holding du groupe ESPIRITO SANTO, ne seront pas transférés à NOVO BANCO et restent cantonnés au sein du BES qui devient ainsi une structure de défaisance (ou « bad bank »). »

Toutes touchées mais pas coulées toutefois de justesse…l’effet dégringolade en cascade a été stoppé de justesse…

La « New Banque » (Espírito Santo) est l’injection de 4,900 millions d’euros- La Razón digital, Traduction française par Nathalie Lacladère

Comme promis, voici la traduction par mes soins de l’article précédent. Bonne lecture! Merci beaucoup pour votre visite! Thank you! ¡gracias!

Le gouverneur de la Banque du Portugal, Carlos Costa, a annoncé aujourd’hui la création d’une nouvelle entité, appelée « New Banque », avec des actifs de bonne qualité de Banco Espírito Santo (BES) et une injection de 4,900 millions d’euros du Fonds Résolution. « Il a créé une nouvelle banque, appelé Nouvelle Banque, qui sont immédiatement transférés » dans des actifs, les dépôts et les prêts des BES considéré comme «bon» a dit Costa dans une déclaration à la presse, sans poser les bonnes questions au siège de la Banque du Portugal. La nouvelle banque a été fondée avec un capital de 4,900 millions d’euros du Fonds de règlement, selon le gouverneur, qui a déclaré que cette solution « n’aura pas de coût pour le Trésor public ou aux contribuables. » Costa a écrit un message de paix à tous les clients de BES pour s’assurer que « pleinement et sans équivoque » de jeter toute hypothèse qui pourrait être touchés par cette restructuration. Dans des termes similaires, le gouvernement portugais a décidé, dans un communiqué publié par le ministère des Finances, qui fera en sorte que «les contribuables n’auront pas à supporter les coûts associés à la décision d’aujourd’hui. » La mesure annoncée par la Banque du Portugal, ajoute la note, «dépôts entièrement garantis, services bancaires intégrés, garanti de l’emploi et des relations commerciales de l’institution. » La nouvelle banque sera une entité sonore qui, dans la pratique, aura un seul actionnaire, le fonds de résolution, un instrument créé en 2012 dans le cadre de l’Union européenne a financé des institutions financières et bancaires de la Banque de. Le Fonds est laissé à ce que les analystes appellent les «bonnes BES», c’est à dire déjà recapitalisées et des crédits sûrs et des actifs de bonne qualité. Et les actionnaires actuels, y compris la famille Espírito Santo, se retrouvent avec les «mauvais» BES, qui seront encore appelés BES et seraient transférés dans des actifs toxiques et des plus problématiques. La nationalisation de l’entreprise est ainsi évitée et les contribuables lusitaniens ne seront pas touchés, en principe, de prendre soin de cette crise bancaire. Toutefois, le fonds de résolution ne dispose pas de ressources propres suffisantes, de sorte que le gouvernement portugais devra recourir à un programme de la troïka qui comprend une ligne de 12.000 milliards d’euros pour la recapitalisation des banques, une aide financière et une disponibilité plus de 6000 millions d’euros. Par conséquent, et comme a déjà indiqué l’opposition, le projet de loi pour la recapitalisation, pourrait tomber sur les contribuables. Le gouvernement soutient, toutefois, que le financement de subvention sera remboursé par « la vente de la nouvelle entité » et les contributions du Fonds Résolution du  système bancaire et financier. Ce même lundi, les BES viennent officiellement de sortir du sac, où leur contribution a été suspendu vendredi par la Commission sur le marché des valeurs mobilières (CMVM) portugaise, après deux jours consécutifs de pertes astronomiques, qui venaient de mettre la valeur de ses titres à un minimum historiques 10.1 cents.L’effondrement de la Banque a été précipité après la publication de leurs résultats au premier semestre de cette année, dans lequel la banque a perdu 3.577.000 € .