Economy: Zoom Iceland

Iceland is the favorite country of those who say currency devaluation and capital controls are essential tools for countries battling debt crises. After the island nation’s banks, whose assets had reached 14 times its gross domestic product, went bust in 2008, Iceland’s government separated the banks’ foreign clients, who had invested in Iceland in search of relatively high yields, from domestic depositors; it froze payments to the foreigners and transferred the domestic clients’ assets to nationalized successor banks. That allowed the country with assistance from the International Monetary Fund  to rebuild its financial and fiscal systems. Icelandic banks have head-spinning capital ratios (30.2 percent for Landsbankinn, the heir of Landsbanki, one of the lenders that crashed in 2008) because supervision has tightened substantially and perhaps because Iceland is the only nation that jailed big bankers after the financial crisis. The government closed last year with a bumper fiscal surplus. 

Enter the Data Economy 

Data is rapidly becoming the lifeblood of the global economy. It represents a key new type of economic asset. Those that know how to use it have a decisive competitive advantage in this interconnected world, through raising performance, offering more user-centric products and services, fostering innovation – often leaving decades-old competitors behind.
As the world stands on the cusp of major new breakthrough technologies – Artificial Intelligence (AI), blockchain, robotics – advanced economies can reap significant benefits from embracing the data revolution. 

Recent research shows that even limited use of big data analytics solutions by the top 100 EU manufacturers could boost EU economic growth by an additional 1.9% by 2020.

And it is not only the manufacturing industry that stands to gain. Data analytics will soon be indispensable to any economic activity and decision-making process, both public and private.
The transition towards a data-driven economy in Europe is trailing, with market players and public authorities reluctant or simply unable to grasp new realities. To build a thriving data economy, Europe needs to dispel perceived uncertainties and overcome fragmented national environments. A sensible balance should be struck between data protection and consumer rights, on the one hand, and economic benefits and innovation on the other.

principe premier: un enfant n’est pas une monnaie de change

Selon ma perception, principe premier: un enfant n’est pas une monnaie de change. Je suis donc pour supprimer la notion de pension alimentaire (désuète ) unitaire à la monnaie en la remplaçant  par un « service-partage » à la demande, en commun accord, non matérialisable.

D’ailleurs, je n’ai jamais demandé la pension alimentaire au père de ma fille car cette notion est archaïque.

La monnaie reste l’unité pour de nombreuses choses, toutefois tout ce qui est dématérialisable sera utile à une progression de notre société.

Ambroise Fayolle, cheville ouvrière du plan Juncker en France

Pendant longtemps, à la tête de l’Agence France Trésor, son travail a essentiellement consisté à endetter la France à moindre frais. 

Désormais, depuis la forêt du Luxembourg, son rôle consiste à prêter de l’argent avec le plus d’efficacité possible. Car à chaque fois, pour Ambroise Fayolle la ligne rouge est toujours la même : gérer au mieux l’argent public qui lui est confié, qu’il soit celui du contribuable français ou européen.
Depuis un an, cet haut fonctionnaire du Trésor occupe la place de Vice-Président de la Banque Européenne d’investissement où il représente la France. A ce titre, il chapeaute notamment les financements accordés par l’institution à des projets français. L’an dernier, la BEI a prêté 8,7 milliards d’euros à la France, qui figurait ainsi au troisième rang européen. Mais s’il s’agissait d’une année record, une marche supplémentaire pourrait bien être franchie cette année, grâce au soutien du plan Juncker. La BEI est en effet le bras armé de ce plan de relance de 315 milliards d’euros qui doit conjuguer capitaux publics et privés.

Ambroise Fayolle ne ménage pas ses efforts pour que la France tienne son rang dans ce domaine. Symboliquement, les premiers fonds estampillés Juncker sont même arrivés en France, via le FEI, la filiale de la BEI qui s’occupe notamment de financer l’innovation et les entreprises. Mais derrière cet activisme, le fonds Juncker tarde à vraiment rencontrer son public, en Europe en général et en France en particulier. «Les français n’ont pas vraiment compris le principe du plan Juncker, regrette-t-on dans l’entourage du commissaire européen en charge du dossier, Jyrki Katainen. Il faut présenter des projets qui soient en partenariat très fort avec les financements privés, et pas uniquement des propositions portant sur les infrastructures ». Et la commission européenne d’inviter Paris à proposer des projets plus portés sur l’innovation.  

Ambroise Fayolle, lui, l’assure : la France sera au rendez-vous. Aujourd’hui, d’ailleurs, il accueillera avec son président le premier ministre français Manuel Valls qui se rend au siège de la BEI, au Luxembourg pour y signer des projets que l’on annonce de grande ampleur, financés par la Banque européenne. De quoi enfin remettre l’hexagone à son rang. 

source:http://www.lopinion.fr/edition/economie/ambroise-fayolle-cheville-ouvriere-plan-juncker-en-france-100558

Joseph Stiglitz: ‘Cheating’ Ireland, muddled Europe

By Denis Staunton

Europe gets some things right, such as its ruling on Apple’s taxes in Ireland, but the euro itself is broken and European politicians lack the will to fix it. It’s unlikely to end well, says the US Nobel economics laureate.

Joseph Stiglitz was supposed to be talking about his new book about the euro, which he believes is in danger of destroying the European project. But when we meet in London this week the European Commission has just issued its ruling ordering Apple to pay €13 billion in back taxes to the Republic of Ireland, a move the Nobel economics laureate applauds.

He believes, however, that the Apple decision is calamitous for Ireland’s reputation, which he says was already damaged this summer by the 26 per cent growth rate recorded for GDP in 2015. This reported growth is widely perceived as a distortion of Ireland’s economic performance, which has been more modest.

“You know that in the long experience of increases in productivity that [level of growth] is not likely, or possible. But there’s no limit on how much you can cheat. You can increase your cheating in one year by that much,” he says.

“That 26 per cent growth rate sent a strong message about the magnitude of the corruption going on. It’s tax corruption. People are not paying the taxes that they ought to be paying, and it’s robbing developing countries, it’s robbing the United States.”

Although the commission says that Apple’s tax deal with the Irish authorities broke EU state-aid rules, there is no suggestion that the company sought to unlawfully evade paying its fair share of tax.

“In this particular case it was legal. In some ways the fact that it was legal almost makes it worse, in the sense that it says that Apple has been able to buy governments. Not in brown paper envelopes but in job creation. ‘We’ll give you 300 jobs and you give us $1 billion.’ You think about the trade-off,” Stiglitz says.

He believes the commission was right to challenge the Apple deal, arguing that the company cannot claim that the money was really earned in Ireland but should not be subjected to the normal Irish tax rate.

Sources:http://www.irishtimes.com/business/economy/joseph-stiglitz-cheating-ireland-muddled-europe-1.2776981

Je n’osais pas l’exprimer et puis…

Lorsqu’un analyste du FMI écrit un papier pour expliquer les erreurs d’hypothèses de Thomas Piketty, c’est un peu comme si le bon dieu se moquait de la confession car en matière d’erreurs d’hypothèses certains analystes au FMI sont les champions du monde.

Et pourtant je ne suis pas très inspirée par le livre de Thomas Piketty donc ce n’est vraiment pas pour le défendre et je n’osais pas l’exprimer et puis…

The New Deal and inequality?

There is a large body of literature analyzing the onset of the Great Depression or the factors influencing economic recovery in the 1930s, especially the New Deal. The role of income inequality before and during the Great Depression, however, has almost never been discussed thoroughly. This paper attempts to answer two questions. Firstly, was inequality perceived as a problem by the Roosevelt administration? Secondly, did the New Deal incorporate these concerns such that economic policy design did take seriously the problem of inequality? Using official documents such as transcripts of Roosevelt’s inaugural speeches, fireside chats and press conferences, this paper finds that top-end inequality was not recognized as a major political topic. Restoring the purchasing power of workers and farmers, however, appears to have been a political goal of the administration. The impact of New Deal policies on top-end income inequality or the wage share, however, can only be considered as modest. Only World War II and the long-term legislation of the New Deal may be considered successful in reducing top income and wealth shares and raising the wage share.source and analysis :http://www.boeckler.de/pdf/p_imk_wp_166_2016.pdf

Testing Piketty’s Hypothesis by FMI

Thomas Piketty’s Capital in the Twenty-First Century puts forth a logically consistent explanation for changes in income and wealth inequality patterns. However, while rich in data, the book provides no formal empirical testing for its theoretical causal chain. In this paper, I build a set of Panel SVAR models to check if inequality and capital share in the national income move up as the r-g gap grows. Using a sample of 19 advanced economies spanning over 30 years, I find no empirical evidence that dynamics move in the way Piketty suggests. Results are robust to several alternative estimates of r-g.source and analysis:http://www.imf.org/external/pubs/ft/wp/2016/wp16160.pdf

Jacques Attali : « La fermeture engendre la barbarie »

Source:le journal le monde

 Le référendum sur le “Brexit” va laisser des traces profondes » J’ai toujours pensé que les Britanniques rejetteraient le « Brexit ». La sortie de l’Union européenne serait un suicide pour le Royaume-Uni. Il existe, dans l’histoire, des cas où des nations se sont suicidées, mais je ne crois pas que ce soit la tentation des Britanniques. Dans tous les cas, pourtant, cette campagne va laisser des traces profondes. Une idée est en train de s’installer : l’Europe n’est pas irréversible.

Ceci est d’ailleurs inscrit dans un péché mortel commis par les Européens dans la négociation avec le Royaume-Uni, en février, pour permettre à David Cameron de dire qu’il voterait « oui » au maintien dans l’Union. Cet accord dit que les traités ne seraient plus obligés de s’inscrire dans la perspective d’« une intégration plus grande ». Avec une très grande ambiguïté d’ailleurs, car il n’est pas clairement dit si cela concerne le Royaume-Uni, ou si cela concerne l’ensemble du projet européen.

Cette crise s’inscrit dans un mouvement plus profond : nous avons accepté la mondialisation, mais nous n’avons pas mis en place une règle de droit commune. Or, sans elle, il ne peut pas y avoir de globalisation réelle du marché. Deux fois déjà, dans l’histoire, cette absence de règle de droit a produit des ­effets désastreux. En 1780, il y a eu une première vague de mondialisation pour des raisons à la fois économiques et technologiques, idéologiques, culturelles avec les Lumières.

Et puis le mouvement s’est arrêté. Etonnement, le premier signal d’arrêt a été l’interdiction d’écrire des opéras en italien et l’obligation d’écrire des opéras dans les langues nationales. Trente ans de guerre ont suivi. En 1910, tout semblait lancer un XXe siècle heureux : la technologie, la démocratie, la démographie, la mondialisation. La fermeture a engendré la barbarie. Nous sommes aujourd’hui dans un moment de même nature. On a tout pour créer une ­globalisation démocratique et heureuse, et on est en train, progressivement, un peu partout à travers le monde, de se replier sur le national.

« Une nouvelle crise de l’euro est inévitable » Tout se met en place pour une grande crise de la zone euro, indépendamment de la question britannique. Pour plusieurs raisons. D’abord, la zone euro est incomplète. Nous n’avons pas mis en place l’accord budgétaire de limitation des dépenses, qui permet d’avoir une coordination budgétaire, et nous n’avons pas mis en place la totalité de l’accord bancaire.

A la prochaine récession, nous n’aurons plus, et la Banque centrale européenne [BCE] n’a déjà plus, les moyens de faire face. La crise de 2008 a entraîné un tel gaspillage de dépenses publiques qu’on se retrouve avec 100 % de dette publique en France et dans beaucoup d’autres pays, et les taux d’intérêt sont à un niveau négatif. Donc la BCE n’a plus les moyens de résister et l’euro ne tiendra plus face à la récession suivante.

D’autre part, et c’est plus grave encore, nous n’avons pas mis en place les mécanismes de la discipline commune, et les intérêts de la France et de l’Allemagne sont désormais totalement divergents. La France a intérêt à avoir un euro faible, une inflation forte et des taux d’intérêt bas ; pour l’Allemagne, c’est l’inverse, notamment pour financer ses retraites.

« Le risque d’une troisième guerre mondiale en 2025-2030 » Seul un nouveau projet, une nouvelle avancée dans une construction européenne, pourrait nous permettre de recréer une convergence d’intérêts franco-allemande. Les Européens sont en train, trop lentement, de comprendre que plus personne n’assure leur défense face à des menaces nouvelles. Les Américains ne sont plus là, qu’on le veuille ou non.

Donald Trump ou Hilary Clinton n’y changera rien. Non seulement ils n’assurent plus la défense de l’Europe, mais plus non plus celle de la Méditerranée, de l’Afrique et même du Moyen-Orient. Il faut créer une Europe de la sécurité et de la défense, financée par des euro-obligations, pour défendre nos frontières et faire face aux nouveaux risques régionaux. Les peuples s’unissent pour se protéger. La prochaine étape de la construction européenne est la protection contre toute forme de menace.

Depuis longtemps, je prédis que la troisième guerre mondiale, si rien ne change, est pour 2025-2030. Tout semble se mettre en place. Les Européens sont au cœur de l’enjeu. S’ils se donnent le projet de se défendre ensemble, alors ils pourront faire face. Si nous ne sommes pas capables de nous rassembler, de créer les conditions de développer l’Afrique, qui est notre menace en même temps que notre paradis, nous courons à la catastrophe.

« L’élection présidentielle : plus le temps passe, plus j’ai envie d’être candidat » Je suis consterné, chaque jour davantage, quand je vois le tour que prend la campagne présidentielle. Chacun s’évertue à retarder le moment où on va parler des enjeux. Je suis scandalisé quand je vois les candidats à la primaire républicaine ne parler que de leur personne, n’annoncer aucun programme global et dire, eux-mêmes, que le programme de la primaire ne sera pas celui du candidat à la présidentielle. Je suis tout autant scandalisé quand je vois la gauche annoncer une primaire pour ­janvier [2017], ce qui signifie qu’elle n’aura pas de programme avant février, un programme sans doute improvisé sur un coin de table ou dans un discours de meeting.

On n’aura donc pas fait mûrir, dans l’opinion publique, les grands sujets qui impliquent des réformes. Je suis convaincu que la France ne se réforme que de façon brutale ou plus exactement massive, parce que c’est son histoire. Et pour réformer de façon massive et démocratique, il faut que la campagne présidentielle soit le lieu de cette maturation des idées. J’ai essayé de cerner quelques idées centrales de réforme majeure à faire dans un livre collectif. Elles ne sont absolument pas débattues.

Les candidats s’empressent surtout de ne pas débattre sérieusement. La réforme des institutions et de l’école maternelle, l’augmentation des moyens de la défense et de la justice, le bouleversement de la politique culturelle, les départements et territoires d’outre-mer, l’environnement, la francophonie… Autant de sujets majeurs dont personne ne parle, mais qui font, pourtant, l’identité française et qui détermineront la place de la France au XXIe siècle.

Les mois qui nous séparent de la présidentielle sont fondamentaux : c’est dans cette période que doit se cristalliser le lien entre une personne et des propositions, et si cette personne et ces propositions sont identifiées, si elle est élue, alors cette personne aura un mandat clair pour agir. C’est le seul cas de figure où la réforme est possible.

Et plus le temps passe, plus l’absence de débat me consterne, plus j’ai envie d’être moi-même candidat à l’élection présidentielle. La seule chose qui pourrait m’empêcher d’y aller, c’est la peur du ridicule.

Germany makes plans for a post-Brexit Britain and wants us to still trade with the EU

by then.co.uk

GERMANY is already making plans to keep business going with Britain just hours after it was announced Brits had voted for Brexit.

Boris Johnson has said there is no need to rush the process of leaving the EU but it looks like it needs us as work is already underway to draw up terms.

German business paper Handelsblatt reports Germany wants to offer us ‘associated partnership status’ with other European Union countries.

This is according to an eight-page document entitled “The German strategy regarding a Brexit”, where the finance ministry said it wanted “to offer constructive exit negotiations” with other EU members, and adds it expects the talks between Brussels and London to be difficult.

The precise terms of the “associated partnership status” will depend on the deal hammered out between Britain and the remaining EU members.

It would draw up a framework for co-operation between us and the European Union and could include political, trade, social, cultural and security links.

Germany’s strategy comes after Brussels chiefs demanded Britain get on with leaving the EU.

In a joint statement from Commission President Jean Claude Juncker and EU Council chief Donald Tusk, the PM was urged to invoke Article 50 – effectively Britain’s resignation letter – as soon as possible to kick-start talks over a departure.

They said: “This is an unprecedented situation but we are now united in our response.

“We now expect the United Kingdom government to give effect to this decision of the British people as soon as possible, however painful that process may be.

“Any delay would unnecessarily prolong uncertainty.”

But in his resignation speech earlier today David Cameron signalled the UK would not be in a position to begin divorce negotiations until a new PM is in Downing Street this October.

Britain remains a member of the EU with all the rights – and obligations – until the process of negotiations over the terms of a departure is settled.

Invoking Article 50 begins a two-year period of talks to try and thrash out terms.

Earlier today European Parliament chief Martin Schulz threatened to hit Britain with “consequences” – to show other EU member states they should not follow the UK out of the door.