Alexis Tsipras sur le point de démissionner?

Source:http://www.bilan.ch/economie-plus-de-redaction/alexis-tsipras-point-de-demissionner

Et si Alexis Tsipras présentait sa démission dans les heures à venir? Alors que le premier ministre a perdu le soutien de l’aile gauche de son parti Syriza, opposée à l’austérité et aux nouveaux efforts demandés au pays par l’accord intervenu avec les partenaires européens, les rumeurs de démission du chef du gouvernement grec ressurgissent ces dernières heures.

«Tout cela pourrait être une posture tactique pour réaffirmer sa position par rapport à son parti», avertit Emmanuel Tzanos, un analyste financier grec établi à Genève. Il cite cependant des sites grecs, notamment iefimerida, qui affirment que le premier ministre serait sur le point d’annoncer sa démission en tant que chef du gouvernement. Au-delà de l’annonce d’une discussion sur des élections anticipées – il est question du 20 septembre -, cette démission s’inscrirait logiquement dans la nécessité de retrouver une majorité, menacée par la scission de fait dans les rangs de son parti.

L’activité de Taiped mise en cause

Evangelos Goutos, un promoteur immobilier de Porto Heli, va dans le même sens et cite une source proche du gouvernement. Il met aussi l’éventuelle démission de Tsipras en relation avec les contraintes du nouveau plan d’aide à la Grèce: «désormais, c’est le droit européen qui est applicable». Or, Goutos a introduit une action en justice contre la vente par Taiped, le Fonds de développement des actifs grecs, du site de Hellinikon, l’ancien aéroport d’Athènes, qui s’étend sur 6,2 km carrés et a été vendu à un consortium international pour un peu plus de 900 millions d’euros. 

Ce prix, estime Goutos, est dérisoire par rapport à la valeur réelle du site et la même observation s’applique aux quelque 77’000 actifs détenus par Taiped. Selon le promoteur de Porto Heli, la mise en cause de l’activité de Taiped fait pression sur le gouvernement et contribue à le pousser à démissionner pour retrouver une légitimité dans les urnes. «L’applicabilité de la loi de l’UE oblige le procureur à enquêter sur les conditions d’une décision, celle de vendre Hellinikon à vil prix, qui implique certains milieux proches du gouvernement, et c’est une bonne nouvelle pour la Grèce». Emmanuel Tzanos lui fait écho, estimant que le plan européen ouvre la voie à une évaluation correcte des actifs grecs.

«Ces spéculations sont récurrentes en Grèce et se réveillent à chaque fois qu’Alexis Tsipras évoque la tenue d’élections, estime pour sa part le politologue Dusan Sidjanski, observateur attentif de la politique grecque. En effet, s’il convoquait des élections, cela suppose en principe sa démission préalable; ce modus operandi en politique donne lieu à des rumeurs de démission régulières».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s