Au bord de la mer, Theophile Gautier

La lune de ses mains distraites A laissé choir, du haut de l’air, 

Son grand éventail à paillettes 

Sur le bleu tapis de la mer.
Pour le ravoir elle se penche 

Et tend son beau bras argenté ; 

Mais l’éventail fuit sa main blanche, 

Par le flot qui passe emporté.
Au gouffre amer pour te le rendre, 

Lune, j’irais bien me jeter, 

Si tu voulais du ciel descendre, 

Au ciel si je pouvais monter !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s