Grèce: à quel calendrier se fier?

Encore une rencontre pour rien? Alors que la journée s’annonçait plutôt ensoleillée sur Riga, la réunion mensuelle des ministres des Finances, qui se tient aujourd’hui dans la capitale lettone pour discuter du dossier grec, se déroulait dans un climat pesant.

24 avril: stérile?

Dès son arrivée, le vice-président de la Commission en charge de l’Euro, Valdis Dombrovskis, a plombé l’ambiance: « Les progrès dans les négociations techniques ne sont pas suffisants pour parvenir à un accord durant cet Eurogroupe. » Autrement dit, les chances que la Grèce et ses créanciers s’entendent sur de nouvelles mesures économiques que doit présenter Athènes pour obtenir une aide financière complémentaire de 7,2 milliards d’euros étaient… epsilonesques.

11 mai: inutile?

Ce qui fera monter d’un cran la pression avant la prochaine réunion de l’Eurogroupe prévue le 11 mai… où les possibilités de parvenir à un deal restent des plus minces.

En réalité, la vraie date butoir des négociations coïncide avec la fin du 2ème plan d’aide à la Grèce: le 30 juin.D’ici là, les parties devraient camper sur leurs positions. Avec, d’un côté, la stratégie « très périlleuse de l’étranglement et des ultimatums adressés pas ses créanciers à la Grèce », dénoncée par le Nobel d’économie Joseph Stiglitz. De l’autre, la tactique de la dramatisation adoptée par le gouvernement grec qui laisse croire que le pays serait au bord du défaut de paiement. « En fait Athènes devrait avoir de quoi tenir financièrement jusqu’au 30 juin », estime Thomas Grejbine, économiste au Cepii.

… Accord?

A partir de cette date clé, plusieurs issues sont envisageables. Première possibilité: après des discussions très dures, les parties parviennent à un accord et Athènes reçoit ses 7,2 milliards d’euros. « Un calendrier de négociations serait alors envisagé pour un 3ème plan d’aide ou un schéma de restructuration de la dette hellénique », envisage Thibaut Mercier.

… Pas d’accord?

Deuxième issue: les discussions achoppent toujours sur les points clés. Autrement dit, le gouvernement grec  maintient son projet de relever le salaire minimum en 2 fois cette année, s’arc-boute sur son projet de privatisations ultra restrictif et exclut toute augmentation de TVA ou nouvelle baisse des pensions. Du coup, Athènes ne reçoit pas ses 7,2 milliards.

La Grèce se retrouve alors dans l’incapacité de régler les 3,2 milliards d’euros qu’elle doit rembourser à la Banque centrale Européenne (BCE) dès le 20 juillet. Le pays fait défaut sur sa dette et le risque de sa sortie de l’euro –le Grexit– devient inéluctable avec un scénario de panique sur les marchés financiers et un effet de domino prévisible sur les pays les plus fragiles de la zone comme l’Italie et le Portugal.

… OK « à l’irlandaise »?

« Mais comme les 2 parties voudront éviter de prendre ce risque, parie Thomas Grejbine, une autre option pourrait alors être envisagée. » A savoir un vrai-faux défaut « à l’irlandaise ». Le 3 février 2013, le gouvernement irlandais avait en effet réussi à effacer une ardoise de 30 milliards d’euros vis-à-vis de la BCE après –il est vrai– un hold-up comptable et législatif mené en une nuit.

Les dirigeants irlandais avaient ensuite mis Mario Draghi devant le fait accompli en lui proposant de substituer une nouvelle dette à des conditions plus avantageuses. Bien qu’en totale violation des traités européens ce deal fut accepté par la BCE. L’Irlande avait ainsi pu restructurer une dette vis-à-vis de la banque centrale, échappant au défaut de paiement formel.

… Un Grexit?

Afin d’éviter un parallèle de la situation grecque avec le deal irlandais, les dirigeants de la BCE ont argué que, à l’époque, les mécanismes européens d’aides aux pays en difficulté n’existaient pas.

Bien sûr, le schéma irlandais, encore hypothétique, semblerait préférable à celui du Grexit, qui selon les mots de Mario Draghi relève de l’aventure dans des « eaux inconnues ».           

Jean-Pierre de La Rocque pour ChallengeSoir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s