Tarifs et évaluations par Paul Krugman traduction française par Nathalie Lacladère

écrit le 6 février 2015 par Paul Krugman,

traduction française par Nathalie Lacladère

Krugman_New-articleInline-v2

La grande histoire dans les marchés obligataires de ces jours est l’émergence de taux d’intérêt négatifs pour un certain nombre de souverains, ce qui est assez étonnant. Mais  il existe une autre histoire qui ne doit pas être négligée : les coûts d’emprunt pour les débiteurs prétendument risqués ne sont pas cités, ils ont fait plonger la Grèce en dessous de ceux des emprunteurs supposés sûrs.

Voici la vue ce matin :

020615krugman1-blog480

Il existe un mythe persistant à l’effet que les faibles coûts d’emprunt sont une récompense pour l’austérité ; vous l’entendez constamment de l’actuel gouvernement du Royaume-Uni.

Mais l’Espagne, avec sa notation BBB, a maintenant un taux à 10 ans inférieur à celui du Royaume-Uni, avec sa note AAA. Même l’Italie, avec son BBB, est maintenant sur un pied d’égalité avec la Grande-Bretagne.

Oh, et est-ce incroyable de voir comment les gens continuent à parler d’une crise de la dette française avec un taux à 10 ans de 0,58%, est-ce vrai, 0,58% ?

Paul Krugman, traduction française Nathalie Lacladère.

source:http://krugman.blogs.nytimes.com/2015/02/06/rates-and-ratings/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s