Le pèlerin passionné, William Shakespeare

Moins doux est le baiser du soleil d’or qui joue avec les premières larmes du matin sur la rose que les premiers rayons de tes yeux qui se posent sur la nuit de rosée qui coule sur mes joues.

Et la lune d’argent ne brille pas autant dans le sein transparent des profondeurs marines que ton front n’irradie mes larmes cristallines tu brilles dans chacun des pleurs que je répands.

Chaque goutte t’emporte ainsi que dans un char, et parmi mes chagrins tu roules triomphante.

Ta gloire resplendit que ma douleur enfante, sur ces larmes d’amour abaisse tes regards mais ne va point t’aimer toi-même en ce miroir car tu ferais couler mes larmes pour t’y voir.

Reine des reines, trop grand est ton empire pour que pensée le pense ou voix le puisse dire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s