Un Art,Élisabeth Bishop, traduction française par Nathalie Lacladère

Bonjour, j’espère que vous vous portez bien?

Je vous propose un poème d’Élisabeth Bishop. Bonne lecture. Nathalie.

Petite introduction d’Élisabeth Bishop(1911-1979): Élisabeth Bishop est une poète américaine qui s’est beaucoup inspirée de la poétesse Marianne Moore. Ses descriptions sont précises et fidèles à la réalité, elles reflètent son esprit éclatant et sa morale. Elle a reçu le prix Pulitzer 1956.

L’art de perdre n’est pas difficile à maîtriser; tant de choses semblent rempli avec l’intention de perdre que la perte n’est pas une catastrophe.

Perdre quelque chose tous les jours.

Accepter l’émoi des clés de la porte perdues, l’heure est difficilement passée.

L’art de perdre n’est pas difficile à maîtriser. Puis la pratique de perdre plus loin, plus vite, perdre: les lieux et les noms, et où il a été signifié que vous avez voyagé.
Aucune de ces pertes causera une catastrophe.

J’ai perdu la montre de ma mère. Et regardez! mon dernier, ou avant-dernier, à trois maisons proches, sont partis.

L’art de perdre n’est pas difficile à maîtriser. J’ai perdu deux villes, les plus belles. Et, plus vaste, certains domaines que je possédais, deux rivières, un continent.
Ils me manquent, mais ce n’était pas une catastrophe. -Même si vous perdre (la voix plaisante, un geste je t’aime) je n’aurai pas menti.
Il est évident l’art de perdre n’est pas trop difficile à maîtriser si cela peut ressembler (écrire!) à une catastrophe.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s