One Art, Élisabeth Bishop

Bonjour, j’espère que vous vous portez bien?

je vous propose un poème d’Élisabeth Bishop. Bonne lecture. Nathalie.

Petite introduction d’Élisabeth Bishop(1911-1979): Élisabeth Bishop est une poète américaine qui s’est beaucoup inspirée de la poétesse  Marianne Moore. Ses descriptions sont précises et fidèles à la réalité, elles reflètent son esprit éclatant et sa morale. Elle a reçu le prix Pulitzer 1956.

The art of losing isn’t hard to master; so many things seem filled with the intent to be lost that their loss is no disaster. Lose something every day.
Accept the fluster of lost door keys, the hour badly spent.
The art of losing isn’t hard to master.
Then practice losing farther, losing faster: places, and names, and where it was you meant to travel.
None of these will bring disaster.
I lost my mother’s watch. And look! my last, or next-to-last, of three loved houses went.
The art of losing isn’t hard to master.
I lost two cities, lovely ones.
And, vaster, some realms I owned, two rivers, a continent.
I miss them, but it wasn’t a disaster. —Even losing you (the joking voice, a gesture I love) I shan’t have lied.
It’s evident the art of losing’s not too hard to master though it may look like (Write it!) like disaster.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s