Pour la mémoire , par Nathalie Lacladère

Pour la mémoire,
à mon grand-père Jean-Baptiste François dit Henri Lacladère Lieutenant-Résistance Résistant basé à Damas en Syrie de 1928 à 1932 : affecté à l’État-Major des Troupes du Levant, à Beyrouth, de novembre 1929 à novembre 1931.

Charles de Gaulle se rend en 1929 dans les garnisons syriennes de Homs, de Hama et d’Alep, dans les confins syro-turcs, et vers la côte, en passant par Lattaquié et Tripoli. Il poursuit ses inspections en 1930 à Damas. Charles de Gaulle se penche également sur la sécurité du territoire, assurée par les Troupes du Levant. Réorganisées par le général de Bigault du Granrut à la suite de la révolte druze de 1925, celles-ci sont constituées en 1931 de 28 000 hommes: 15 000 militaires français et 13 000 militaires constituant les troupes spéciales (troupes composées de soldats libanais et syriens, encadrées par des officiers français). Elles font l’admiration de Charles de Gaulle et le confortent dans l’importance de leur rôle dans l’application du mandat. Il écrit notamment au colonel Mayer le 24 avril 1930 :« Vraiment comment ne pas croire à l’armée quand on la voit achever l’Empire ? Est-ce un bien de devenir un Empire ? Ceci est une autre histoire ».

Henri Lacladère, talonneur, champion de France rugby à XV 1922. 2e série 

En 1922, à seulement 20 ans, il s’engage dans l’armée, brigadier 69e régiment et part, contraint de laisser le rugby à XV. 

Petite anecdote : à la mémoire d’Hubert malheureusement décédé jeune et sans aucun descendant, décédé par erreur, il était allergique (notifié dans son carnet de santé) et une infirmière lui a fait une piqûre qui lui a été fatale. Hubert est né à Damas en 1931, fils d’Henri militaire 22 années de services.

tonton Bébert(Hubert) a été Maître d’Armes, militaire de carrière, rugbyman, entraîneur de rugby à XV,il a créé le club de rugby d’Antibes en 1968. 

Une plaque fût gravée en son nom dans ce club de Rugby, je ne sais pas si cette plaque existe toujours.

Je n’ai pas eu la chance de connaître Henri et Hubert, 2 grands hommes.

Henri a construit des écoles à Damas et dans le monde, Henri a construit des villes, Henri a protégé des populations, Henri a sauvé des vies. Il était à peine militaire français retraité de quelques jours quand ils lui ont demandé de l’aide pour se rendre au pont de Bordeaux, il intègre la brigade Carnot et dégage le pont de Bordeaux, la population est sauvée, Bordeaux est sauvée, puis au Médoc Aquitaine, il a formé des américains, mort au combat Médoc Aquitaine en octobre 1944 de façon suspecte (par un français d’après témoins: le français a tiré sur un coéquipier sans prononcer avant « qui va là ») 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s