La Dacquoise, nous a quitté un matin du 31 juillet

Ma petite maman tu es partie un 31 juillet, sans prévenir. Ce matin, cela fera 3 ans. Une petite pensée pour toi. Repose en paix. Ainsi-soit-il. Ta fille Nathalie.

Voici ta chanson préférée la Dacquoise, pour une Dacquoise. Ta petite Dacquoise et Soustonnaise Nathalie.  Je dédie ces quelques mots à tous ceux et celles qui ont perdu leur maman. Merci beaucoup pour votre visite. Très bonne journée à vous. Nathalie.

pleine-lune-ange

A grands Dieux qu’elle est belle !

La Dacquoise à l’œil noir,
Quand sa vive prunelle
Étincelle le soir;
Lorsque son doux sourire
sur ses lèvres arrive
Comme un léger zéphyr
Baisant les prés fleuris(bis)
Ondes fugitives de l’Adour,
Vous qui passaient plaintives sans retour,
Gardez sur vos rives mes amours,
Gardez mes amours, toujours, toujours.
Son épaule est plus blanche
Que la neige des cieux,
Son corsage qui penche
Ses contours gracieux,
Ses cheveux longs en frange
Qui tombent sur son col
On croirait voir un ange
Qui va prendre son vol (bis)
Refrain
Il se peut que sa flamme
Arrive jusqu’à vous.
Mais je garde en mon âme
Ce précieux nom si doux.
Quand on aime, on préfère
Isoler son bonheur,
Il faut savoir taire
Les secrets de son cœur. (bis) 

Chœur d’Hommes du Cercle Choral Dacquois – La Dacquoise

 

Why Can’t the Banking Industry Solve Its Ethics Problems?,by the New York Times

29 Jul. 2014, By Neil Irwin, The New York Times

The important question that doesn’t yet have a satisfying answer is why.

Why are the ethical breaches at megabanks so routine that it is hard to keep them straight? Why do banks seem to have so many scandals — and ensuing multimillion dollar legal settlements — compared with other large companies like retailers, airlines or manufacturers?

Some of the world’s leading bank regulators are trying to figure that out. And they have taken to sounding like parents who have grown increasingly exasperated at teenage children who keep wrecking the family car.

 This week, it was the turn of Mark Carney, the governor of the Bank of England. The latest British banking scandal was enough to make Mr. Carney, a former Goldman Sachs investment banker, sound like an Occupy Wall Street populist.

Lloyd’s Banking Group stands accused of manipulating a key interest rate to reduce what it would owe the Bank of England in a program meant to spur lending in Britain. “Such manipulation is highly reprehensible, clearly unlawful and may amount to criminal conduct on the part of the individuals involved,” Mr. Carney wrote to the head of the bank.

(Pro-tip: If you are going to manipulate interest rates to squeeze an extra few million bucks out of somebody, don’t make that somebody the entity that regulates you).

Mr. Carney has company among top bank regulators. Bill Dudley, the president of the Federal Reserve Bank of New York, said in a speech last November that “there is evidence of deep-seated cultural and ethical failures at many large financial institutions.” The Financial Times reported this week that New York Fed officials were putting the screws to major banks in private meetings, insisting they strengthen their ethical standards and culture.

It is telling that two of the regulators who have become most publicly angry at the banking industry for its repeated lapses are also those with the most experience with the industry. Mr. Dudley is also a former Goldman Sachs executive, and his role at the helm of the New York Fed puts him at the front lines of overseeing the biggest and most complex American banks.

You know it is a sign that things are bad when people like Mark Carney and Bill Dudley think the banking industry has an ethics problem, and feel so strongly about it that they say so publicly. You might have thought that the 2008 crisis would have scared everybody in the banking industry straight — and resulted in less pushing of the ethical boundaries. But many of today’s scandals involve actions that happened post-crisis; the Lloyd’s interest rate manipulation that Mr. Carney assailed this week took place in 2009.

 The fact that these scandals have all occurred since the crisis raises the uncomfortable possibility that these problems go deeper than a few executives in a few banks who push boundaries, and involve something fundamental about how the industry is organized.

A study of Citigroup’s ethics policies in the wake of several dot-com era scandals, by Justin O’Brien of Queen’s University in Belfast, revealed the problem. In effect, Citi created a range of rules and internal controls to try to stop the kind of fast-and-loose practices in its research department that landed the bank in legal trouble. It might not be enough, Mr. O’Brien argued in the International Journal of Business Governance and Ethics.

Ethical programs “must be linked to material incentives in order to be effective,” he wrote. Any deviation from the ethics program, “even if financially lucrative, must be punishable by nonpayment or clawback of bonuses,” he said, adding, “Sharp practice that complies with the law but causes reputational damage should be penalized.”

That was published, it should be noted, in 2006, the high-water mark of bankers earning giant bonuses for packaging mortgages into securities that were highly rated but that many insiders, we now know, viewed as suspect. That said, it does suggest that the banking industry could be made more ethical if the right mix of financial penalties for misbehavior were put in place.

For a darker view of why there is so much fraud in banking, consider this from Richard Posner, the federal judge and University of Chicago professor, who offered one answer in a 2012 blog post titled “Is Banking Unusually Corrupt, and if So, Why?”

Both a bank’s financial capital and its human capital are short-term propositions, Mr. Posner wrote, meaning both investors and employees can readily jump to a better opportunity at a moment’s notice. “Any firm that has short-term capital is under great pressure to compete ferociously, as it is in constant danger of losing its capital to fiercer, less scrupulous competitors, who can offer its investors and its key employees higher returns,” he wrote.

“Such a business model attracts people who have a taste for risk and attach a very high utility to money. The complexity of modern finance, the greed and gullibility of individual financial consumers, and the difficulty that so many ordinary people have in understanding credit facilitate financial fraud, and financial sharp practices that fall short of fraud, enabling financial fraudsters to skirt criminal sanctions.”

In other words, the ethical breaches that Mr. Carney and other regulators assail may just have deeper roots — and thus more elusive solutions — than anyone might like to see.

Qu’est-ce qu’un mathématicien?

A l’heure où les Mathématiques sont mis à rude épreuve où abreuvent des informations erronées,j’ai une pensée pour un Homme d’exception.

À André Lichnerowicz un Grand Monsieur et un Homme d’exception. C’était un Mathématicien d’exception. Une petite pensée pour lui.

« opérateur de cohomologie de Lichnerowicz-Poisson » cas particulier d’une variété symplectique μ([G,A]) = dμ(A).

Je vous propose de regarder le documentaire suivant:

Qu’est-ce qu’un Mathématicien?

Bon visionnage et je vous remercie pour votre visite. Nathalie.

 

Quand on n’a que l’amour, Ballet Bejart

Quand on n´a que l´amour
Pour vivre nos promesses
Sans nulle autre richesse
Que d´y croire toujours

Quand on n´a que l´amour
Pour meubler de merveilles
Et couvrir de soleil
La laideur des faubourgs

Quand on n´a que l´amour
Pour unique raison
Pour unique chanson
Et unique secours…

Alors sans avoir rien

Que la force d´aimer
Nous aurons dans nos mains,
Amis le monde entier

Frédéric Chopin – Les Sylphides (Valse 7 in C Sharp Minor)

Bonjour et Bienvenue sur mon petit blog humble.

J’espère que vous vous portez bien?

Je propose de vous faire découvrir une de mes passions la Musique Classique et oui hélas et ce depuis toute petite au grand désespoir de ma sœur Marylène qui n’était pas très matinale tous les dimanches matins (humour).

Voici un morceau de Frédéric Chopin Les Sylphides.

Bonne écoute,bon lundi et bonne journée à vous,

Nathalie.

il faut un cessez-le-feu « immédiat » Barack Obama

Source AFP du 27/07/2014: Le président des Etats-Unis Barack Obama a indiqué aujourd’hui qu’un cessez-le-feu immédiat et sans conditions à Gaza était un « impératif stratégique », lors d’une conversation téléphonique avec le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou. »le président a clairement exprimé l’impératif stratégique de mettre en place un cessez-le-feu humanitaire immédiat et sans conditions qui mette fin dès à présent aux affrontements et conduise à un arrêt permanent des hostilités », a annoncé la Maison Blanche dans un communiqué.

BritishTV,« Jon Snow’s return from Gaza », Palestine July 2014

Jon Snow un journaliste de la chaîne nationale britannique Channel 4 de retour de Gaza témoigne, bilan: 1310 enfants palestiniens blessés à l’heure de ce témoignage et 166 enfants tués…

« Ce que j’ignorais et que je sais à présent, c’est que les habitants de Gaza sont incroyablement jeunes. L’âge moyen est de 17 ans

Les mots sont précis, les événements racontés avec déontologie, la conclusion engagée :«Nous devons accepter le fait que, d’une certaine manière, nous avons notre part de responsabilité dans ces morts, car pour nous, arrêter ce qui se passe (à Gaza) n’est pas du tout une priorité ; nos Nations Unies, notre gouvernement, notre monde ne sont pas vraiment intéressés. Le simple fait que vous regardiez maintenant, que vous ayez décidé de regarder, signifie déjà que vous avez décidé de faire quelque chose. Et, au bout du compte, c’est peut-être cela le plus grand espoir pour le peuple de Gaza. Nous ne pouvons pas laisser cela continuer. Si notre travail de reporter, si votre volonté de regarder, d’écouter, de lire ont une quelconque signification, alors, ensemble, nous pouvons changer les choses. »

Dicton: « A la Sainte Nathalie, temps joli», Bonne fête à toutes les Nathalie!

Chaque matin du 27 juillet depuis ma «naissance», ma maman Marie-Thérèse, n’oubliait jamais de me souhaiter une bonne fête. Elle s’en est allée le dernier jour de juillet 2011 sans prévenir.

Aujourd’hui c’est ma fille qui me la souhaite.

Alors c’est à mon tour de souhaiter à toutes les Nathalie du monde entier une très bonne fête.(uniquement aux gentilles Nathalie cela va de soi).

Bonne fête Nathalie!

Dicton: «A la Sainte Nathalie, temps joli».

Nathalie, d’origine latine  «natalis»  signifie «naissance», en référence à celle du Christ.

« Je suis Abraham » par Jerome Charyn traduction française par Nathalie Lacladère

Traduction française par mes propres soins(texte remanié par mes soins et également  fin de la dernière phrase écrite par le NYT supprimée par mes soins, ne la trouvant pas objective et complètement inintéressante pour le lecteur, je vous en dispense donc) de l’article en anglais-américain du New York Times publié précédemment sur mon blog

A Jerome Charyn un immense écrivain que j’apprécie beaucoup, je le partage avec vous, très bonne lecture à vous et merci pour votre visite sur mon humble petit blog.

Charyn-abraham

Aucun président n’a écrit ainsi uniquement Abraham Lincoln. Il pourrait faire vibrer la raison, la prophétie, le deuil et faire de l’humour. Qui ne souhaiterait pas lire un livre avec ses propres mots – d’autant plus attrayant « elle » scrute avec minutie la politique et l’administration qui remplissent ses œuvres et nous ouvre une fenêtre sur sa vie intérieure?

Même si Lincoln n’avait pas été assassiné, jamais il n’aurait écrit un tel livre. Pour un homme souvent bavard, il était notoirement avare de tout ce qu’il ne voulait pas exprimer dans une proclamation ou un podium. Les biographes et les historiens ont travaillé à combler les lacunes. Jerome Charyn prend l’approche de la fiction.

«Je suis Abraham » est un monologue intérieur, avec Lincoln arpentant sa propre vie. Le roman de Jerome Charyn suit le cours des événements connus de 1831, quand Lincoln a quitté son père et sa belle-mère et a frappé sur le sien, jusqu’à Avril 1865, quand il a visité Richmond, en Virginie, capitale conquise de la Confédération. Un seul personnage de toute conséquence – un agent de Pinkerton au féminin – est entièrement inventé, et Jerome Charyn nous assure dans une note de l’auteur que Pinkerton a eu recours à des femmes agents.

Abraham Lincoln, 1864. Bibliothèque du Congrès crédit

La meilleure approche de Jerome Charyn est la voix de Lincoln: réfléchi, attentif et drôle, idéale pour tout le long chemin du récit. Sa basse du sol est Kentucky rube. Lincoln dit « la-ay-ter » et semble amusé qu’il continue à le dire, même s’il est devenu président des États-Unis. Il varie ce ton avec des échos de la Bible, la poésie et les discours du  le-ay-ter. (Il décrit sa femme, Mary, se retirant après un de leurs combats « dans sa chambre de crêpe d’une reine insensée. »)

Les lecteurs peuvent être surpris par la façon inconvenante de ce Lincoln. Voulez-vous un souvenir de la première fois qu’il sentit les seins d’une femme? De la première fois qu’il a eu des rapports? Tout est là. Mais l’arsenal de blagues sur l’historique de Lincohn ne comprend pas ceux qui sont inconvenants. Les lecteurs peuvent également être frappés par l’Amérique ténébreuse du début du XIXe siècle. Sa description de l’affrontement avec Clary Grove Boys, une troupe de voyous, puis la naissance d’une amitié après s’être rendu à l’Illinois, se lit comme Midwest, un  réalisme magique. «Leurs yeux ont été peints en noir, le nez dissimulé avec des morceaux de tissu rouge, leur donnant un aspect sinistre de « goules »; ils avaient des pointes aux bras et des chapeaux de paille ornés de couronnes portées disparues, des bottes en cuir brut; leur seul ornement était un foulard à pois jaunes qui brillaient au soleil et nous avons pu l’observer après un quart de mile ».

Lincoln interprété par Jerome Charyn est un homme de douleur. Une douleur liée à la guerre civile serait commune à tout le monde, mais ici les douleurs proviennent de l’indifférence de son père et de la mort d’Ann Rutledge  son premier amour. Aujourd’hui, nous assimilerions Lincoln à un déprimé et nous lui donnerions des cachets. Lui-même dénomme ses tombées dans une tristesse profonde « Unholies» et «l’hypo » (de l’hypocondrie) tente de les surmonter.

Certains hommes célèbres apparaissent dans les pensées de ce Lincoln – Stephen Douglas, George McClellan, Ulysses Grant – mais les plus principaux de « Je suis Abraham » sont de sa famille. Mary Lincoln est la belle « Kentucky » charmante et sa personnalité fragile dépeint des  fissures insurmontables. Son fils aîné, Robert, ressemble à sa mère avec son calme, cependant ne retient que son engagement. Son plus jeune fils, Tad, est un lutin indiscipliné avec un trouble de la parole, et à la fin de l’œuvre son père entre en jeu, une visite apocalyptique à Richmond.

Que manque-t-il ? Lincoln semble penser du mal sur son entière écriture. Si c’était réel, alors il aurait été le premier et le seul écrivain de l’histoire à le faire. Tout aussi  moins vraissemblable est la quasi-absence de la politique. Jerome Charyn décrit Lincoln dans une succession de hautes fonctions, guidée par les gestionnaires et poussé par Marie. Pourtant, William Herndon, son conjoint des faits, a déclaré que son ambition était « un petit moteur qui n’a jamais connu le repos. » Les hommes politiques sont encore plus absorbés par leur travail que les écrivains, rappelant toutes les mains qu’ils ont secouées, chaque retour, qu’ils ont poignardé. Une véritable transcription des pensées de Lincoln serait énormément lu  par Machiavel (s’il était moral) ou les talk-shows du dimanche matin (s’ils étaient intelligents).

Lorsque, enfin, Qui est Dieu? Lincoln pensait à lui, et dans toute sa vie d’adulte, de plus en plus comme un terrain de guerre. Un mois avant la conclusion de Jerome Charyn, il a prononcé un discours inaugural  indissociable d’un sermon. Mais ici Dieu ressemble à MIA. Lincoln de Jerome Charyn, comme Lincoln historique, ne sent pas la profondeur de la plaie que l’esclavage laisse à l’Amérique. L’année prochaine, le premier président noir Barack Obama présidera le 150è anniversaire de la fin de la guerre civile.

« I am ABRAHAM » by Jerome Charyn.  A Novel of Lincoln et la guerre civile.